11/08/2005 | communication | PDF | imprimer

Corcelles-Cormondrèche

Comm. NE, distr. de Boudry. C. comprend deux villages-rue, Corcelles, à flanc de coteau, Cormondrèche, sur un replat, et une clairière à l'habitat dispersé, Serroue. 1092 Curcellis, vers 1220 Cormundreschi. 562 hab. en 1750, 823 en 1850, 1460 en 1900, 2243 en 1950, 3336 en 1990, 3914 en 2000. Tumulus de Hallstatt. Tombe du VIIe s. apr. J.-C. Une église (dédiée à Notre-Dame) existait à Corcelles en 1092 lors de la fondation du prieuré (Corcelles). La paroisse comprenait, outre Corcelles et Cormondrèche, Coffrane, Les Geneveys-sur-Coffrane et Montmollin qui ne se séparèrent qu'en 1838. En 1357 et en 1359, C. reçut du comte de Neuchâtel la concession de forêts, l'une des principales richesses de la communauté sous l'Ancien Régime. En 1530, lors de la Réforme, la comtesse de Neuchâtel et le seigneur de Colombier se partagèrent par moitié les biens sécularisés du prieuré; il s'ensuivit une division entre les habitants de la localité suivant à quel seigneur ils appartenaient. C. fit partie jusqu'en 1848 de la mairie de la Côte. Une commune générale de C. gérait les forêts, le temple, le culte, l'assistance, la police générale et la police du feu. Du début du XVIIe jusqu'au milieu du XIXe s., la corporation de Corcelles et celle de Cormondrèche s'occupaient de la gestion des écoles, des fontaines et du guet de nuit; chacune avait ses propres ressortissants. Après la création d'une gare (Corcelles-Peseux) en 1859-1860 et la construction de la ligne du tram en 1902 (trolleybus depuis 1976), la commune agricole et viticole s'industrialisa et devint commune suburbaine. Elle renferme actuellement une multitude de petites entreprises et est le siège de l'Electricité neuchâteloise (ENSA).


Bibliographie
MAH NE, 2, 1963, 221-248
– J. Courvoisier, Corcelles-Cormondrèche, 1972
– J. Bujard, «Aperçu des découvertes archéol. anciennes et récentes dans les églises neuchâteloises», in RHN, 1998, 249-252

Auteur(e): Germain Hausmann