03/05/2004 | communication | PDF | imprimer | 

Bôle

Comm. NE, distr. de Boudry. Autrefois village-rue à flanc de coteau. 1346 Boule. 193 hab. en 1750, 291 en 1850, 525 en 1900, 571 en 1950, 1778 en 2000. B. est placé sur le tracé de la route romaine de la Vy d'Etraz (un tronçon de cette voie est encore visible à l'ouest du village); une trentaine de tombes mérovingiennes au sud du temple atteste de l'antiquité de son peuplement. Les habitants, suivant leurs allégeances, payaient leurs redevances au seigneur de Colombier (NE) ou au receveur de Boudry qui représentait le seigneur de Neuchâtel. B. releva de la châtellenie de Boudry jusqu'en 1848. Au Moyen Age, ce village faisait partie de la grande paroisse de Pontareuse; il fut lieu de résidence du pasteur protestant de cette paroisse entre 1531 et 1535. Dès 1639-1644, un diacre s'occupa exclusivement des paroissiens de B. et de Rochefort; il prit le titre de ministre en 1662; B. ne devint paroisse qu'en 1860.

En 1356, la communauté reçut en accensement une forêt avec ses voisines de Colombier et d'Areuse, administration commune qui dura jusqu'au milieu du XVIIIe s. On se mit à exploiter les marnières des environs à la fin du XVIIIe. Entre 1750 et 1800, une bonne partie des habitants travaillaient pour les fabriques d'indiennes de la Basse Areuse. Desservi par la gare de Colombier sur la ligne Neuchâtel-Yverdon dès 1859-1860, B. n'obtint une halte au village qu'en 1895 sur la ligne Neuchâtel-Pontarlier. Commune rurale, elle devint de plus en plus (surtout après 1945) zone résidentielle. B. est peu industrialisé (quelques entreprises locales et entrepôts souvent situés hors de la localité).


Bibliographie
MAH NE, 2, 1963, 340-346

Auteur(e): Germain Hausmann