• <b>Stalden (VS)</b><br>Vue à vol d'oiseau. Photographie réalisée dans les années 1930 par  Emile Gos (Médiathèque Valais, Martigny). La photographie, prise au début de l'hiver, permet de distinguer les vignes labourées et recouvertes de neige qui se trouvent pour la plupart juste en-dessous de la ligne de chemin de fer Viège-Zermatt. La gare se situe, à gauche de l'image, dans la partie basse du village. La route en direction de Zermatt et de Saas-Fee fait deux lacets dans la partie supérieure. L'église Saint-Michel est à droite, au nord des habitations.

Stalden (VS)

Comm. VS, distr. de Viège, au confluent des vallées de Saint-Nicolas et de Saas, formée des trois anciennes comm. de S. Dorfmark, Chinegga (depuis 1805) et Niederrusen (depuis 1817, auj. Neubrück). 1213 Morgi, 1224 Staldun. 232 hab. en 1802, 291 en 1850, 443 en 1900, 870 en 1950, 1149 en 2000. Huit bracelets de la période de La Tène et l'ancien nom Morgi laissent supposer une colonisation par des Sédunes au Ier millénaire av. J.-C., tandis que les autres toponymes, alamans, indiquent une germanisation au VIIIe/IXe s. Au XIIIe s., S. était le lieu de résidence de plusieurs familles seigneuriales propriétaires d'alleux et détentrices de fiefs nobles ou ecclésiastiques, ce dont témoigne notamment la tour d'habitation en pierre des Embda. Après avoir adopté des règlements sur l'usage des eaux et des alpages en 1518, 1531 et 1589, les trois communes se donnèrent un statut unifié en 1688. Jusqu'en 1798, S. formait avec Staldenried, Embd, Törbel et Grächen un quartier du dizain de Viège, qui fournissait à tour de rôle les magistrats du dizain; trois grands baillis du Valais sont originaires de S. La chapelle de Merjen est mentionnée en 1215. Filiale de Viège, S. forma une paroisse en 1535, dont Törbel se sépara en 1686, Grächen en 1750, Embd en 1771, Staldenried en 1869 et Eisten en 1892. L'église paroissiale Saint-Michel fut largement remaniée en 1777 dans un style baroque tardif; son clocher est probablement une ancienne tour de défense médiévale. Vivant surtout de l'agriculture et de l'élevage, la commune acheta en 1894 l'alpe de Pontimia dans le Zwischbergental. La gare sur la ligne Viège-Zermatt fut ouverte en 1890, le téléphérique pour Staldenried et Gspon en 1951. Point de départ des routes pour Embd, Saas, Törbel et Zermatt, S. compte un grand nombre de ponts et d'ouvrages d'art. En 2000, près de 65% de la population active travaillaient à l'extérieur, surtout à Viège et à Saint-Nicolas.

<b>Stalden (VS)</b><br>Vue à vol d'oiseau. Photographie réalisée dans les années 1930 par  Emile Gos (Médiathèque Valais, Martigny).<BR/>La photographie, prise au début de l'hiver, permet de distinguer les vignes labourées et recouvertes de neige qui se trouvent pour la plupart juste en-dessous de la ligne de chemin de fer Viège-Zermatt. La gare se situe, à gauche de l'image, dans la partie basse du village. La route en direction de Zermatt et de Saas-Fee fait deux lacets dans la partie supérieure. L'église Saint-Michel est à droite, au nord des habitations.<BR/>
Vue à vol d'oiseau. Photographie réalisée dans les années 1930 par Emile Gos (Médiathèque Valais, Martigny).
(...)


Bibliographie
– S. Noti, Zum Wandel des Dorf- und Kulturbildes von Stalden vom 14. bis 20. Jahrh., 1990

Auteur(e): Bernard Truffer / FP