No 1

Hilferding, Rudolf

naissance 10.8.1877 à Vienne, décès 12.2.1941 (probablement par suicide) à Paris, isr., puis sans religion, Autrichien, Allemand (1920). Fils d'Emil, courtier en assurances. ∞ 1) Margarethe Hönigsberg, 2) Rose Lanyi. Etudes de médecine, doctorat en 1901. Nommé professeur à l'école supérieure du parti socialiste allemand (SPD) à Berlin (1906), rédacteur de politique étrangère au Vorwärts (1907-1915). Avec son principal ouvrage Le capital financier (1970, all. 1910), H. s'imposa comme l'un des théoriciens du socialisme les plus éminents de son temps. Membre du comité directeur du SPD (1922-1933), député au Reichstag (1924-1933), ministre des Finances sous la République de Weimar (1923 et 1928-1929). Redevenu citoyen autrichien, H. séjourna à Zurich (1933-1938), puis à Paris. Emigré, il fit partie du cercle restreint de la direction en exil du SPD. Collaborateur au Neues Vorwärts et rédacteur en chef du Zeitschrift für Sozialismus. Dans ses travaux, H. traita notamment des relations entre l'économie et la politique dans l'Allemagne nationale-socialiste. En 1940, le retour en Suisse lui fut interdit par le Conseil fédéral. Le 11 février 1941, il fut livré à la Gestapo par les autorités de Vichy et mourut en prison le lendemain.


Oeuvres
Nationalsozialismus und Marxismus, 1932
Bibliographie
BHE, 1, 295-296
– M. Schumacher, M.d.R., die Reichstagsabgeordneten der Weimarer Republik in der Zeit des Nationalsozialismus, 31994, 204-206
– W. Smaldone, Rudolf Hilferding, 2000

Auteur(e): Hermann Wichers / FS