Histoire orale

En tant que méthode scientifique, l'histoire orale, qui se fonde sur un recours raisonné à des entretiens avec des témoins vivants, est apparue dans les pays anglo-saxons dans les années 1930, même si elle est liée à la forme indubitablement la plus ancienne de transmission du récit historique, à savoir la tradition orale. Il s'agit de rendre perceptibles des savoirs spécialisés, des expériences et des événements qui ne laissent jamais de traces écrites. La tradition orale était tombée en discrédit au XIXe s., surtout à cause des critiques lancées par les érudits et le monde universitaire allemands, qui ne faisaient confiance qu'aux documents écrits. En Suisse, elle était largement négligée par le monde savant, sinon dans quelques disciplines marginales comme l'étude du folklore.

Dans presque toute l'Europe, l'histoire orale est revenue en grâce dans les années 1970, comme contre-poids à une histoire sociale jugée trop froide en raison de son abstraction. Elle a été utilisée de plus en plus, à l'enseigne de l'"histoire d'en bas" ou de l'histoire de la vie quotidienne.

En Suisse cependant, la récolte des témoignages oraux était depuis assez longtemps l'une des méthodes habituelles de l'historiographie régionale; elle le devint encore davantage dès les années 1980, avec les précautions scientifiques nécessaires. Elle trouva en outre des champs d'application dans la recherche biographique, dans des enquêtes portant sur les origines et la reconstruction de la mémoire collective, dans l'histoire des femmes et dans l'histoire culturelle. Le plus grand projet d'histoire orale conduit en Suisse à ce jour est celui de l'Association Archimob qui, avec l'aide de subventions publiques, a enregistré en vidéo 555 entretiens (menés entre 1999 et 2001) avec des témoins évoquant leurs expériences de l'époque de la Deuxième Guerre mondiale.


Bibliographie
– G. Spuhler et al., éd., Vielstimmiges Gedächtnis: Beiträge zur Oral History, 1994
L'histoire c'est moi: 555 versions de l'histoire suisse 1939-1945, [DVD], 2005
– S. Jäggi Arbeit im Gespräch: Oral History zum Wandel der Arbeit seit 1970, 2007
– C. Dejung «Oral History und kollektives Gedächtnis», in Geschichte und Gesellschaft, 34, 2008, 96-115

Auteur(e): Ueli Haefeli-Waser / PM