Chalais

Comm. VS, distr. de Sierre, rive gauche du Rhône. Comprend C. et Réchy dans la vallée, Brie et Vercorin sur les hauteurs. XIe s. Jaler, 1425 Challir. 492 hab. en 1798, 555 en 1850, 1116 en 1900, 1635 en 1950, 2657 en 2000. Pierres à cupules à Tracui et à Vercorin. Châtellenie détachée au début du XIIIe s. de la seigneurie épiscopale de Sierre, C. fut inféodée à diverses familles nobles (de Chalais, Blouvignoud, Chevron). Elle appartint de la fin du XVIe s. à 1798 au dizain de Sierre, puis au district de ce nom. La communauté est mentionnée dès le XIVe s. La tour quadrangulaire du XIIIe s. s'est écroulée en grande partie en 1936. La paroisse (église Saint-Gall), mentionnée dès 1279, comprit Chippis jusqu'en 1856. En 1892, C. subit un grave incendie. Vers 1900, agriculture, vignes et bétail dominaient encore. Chippis, avec Alusuisse dès 1905, Sion et Sierre attiraient en 2000 de nombreux navetteurs. Le secteur primaire a quasi disparu, le secondaire a connu son apogée en 1970 et le tertiaire s'est accru régulièrement. Dès la fin du Moyen Age, les déplacements verticaux (utilisation par C. des pâturages de Vercorin) ont conduit à de très étroites relations entre les deux communautés. Un réseau très serré d'irrigation s'est développé dès le XIIIe s. Le centre de gravité s'est situé toutefois dans la plaine, à C. Une route carrossable relie C. à Vercorin depuis 1938, un téléphérique depuis 1951.


Bibliographie
– H. Marin, Les grandes heures de la louable commune de Chalais-Vercorin, 1990

Auteur(e): Danielle Allet-Zwissig