Vérossaz

Comm. VS, distr. de Saint-Maurice, sur un plateau au-dessus de Saint-Maurice, constituée des hameaux des Haussex (noyau principal), des Bassex, de La Doey, de Chavanne et de Vésenaud, née en 1822 après s'être séparée de la comm. de Saint-Maurice. 1046 Verolsa. 22 feux en 1350, 358 hab. en 1798, 607 en 1850, 518 en 1900, 371 en 1950, 439 en 2000. Hache de l'âge du Bronze. En 523, Sigismond, roi des Burgondes, se serait retiré à V. Après la mort du dernier roi de Bourgogne, Rodolphe III, en 1032, V. passa sous la souveraineté de la maison de Savoie jusqu'en 1475 (châtellenie de Saint-Maurice). La métralie des Haussex et Bassex appartenait à l'abbaye de Saint-Maurice, La Doey à la Savoie. V. fit partie du gouvernement de Saint-Maurice (1475-1798), puis du district homonyme. La première chapelle (1465, reconstruite en 1742) relevait de Saint-Maurice et fut remplacée par l'église Sainte-Marguerite en 1838 (vitraux d'Albert Chavaz). V. fut érigé en rectorat (1836-1838), puis en paroisse (1847, desservie par les chanoines de l'abbaye). Commune agricole au XIXe s. (vastes alpages). En 2000, les trois quarts de la population active travaillaient en dehors de la commune, surtout à Saint-Maurice et à Monthey. Observatoire astronomique (1996). Nombreuses résidences secondaires.


Bibliographie
– M. Coutaz, R. Gex, Vérossaz mon village, 1997
– L. Barman, Le territoire de Vérossaz à la fin du Moyen Age, mém. lic. Lausanne, 2003

Auteur(e): David Rey