• <b>Salvan (commune)</b><br>Affiche touristique du chemin de fer Martigny-Chamonix, réalisée sur la base d'un dessin  d'Edouard Ravel,  vers 1906 (Médiathèque Valais, Sion). Le paysage présente dans un habile raccourci les principaux éléments du paysage de la vallée du Trient, trait d'union entre le Valais et la Haute-Savoie: les gorges du Trient en premier plan et le massif du Mont-Blanc en toile de fond, ainsi qu'un village valaisan sur la pente, synthèse de Finhaut, des Marécottes et de Salvan.

Salvan (commune)

Comm. VS, distr. de Saint-Maurice, dans la vallée du Trient, comprenant S. et plusieurs hameaux, dont Les Marécottes, ainsi que Vernayaz, Miéville et Gueuroz jusqu'en 1912. Apr. 1018 cum Silvano, 1025-1031 in monte Salvano, ancien nom all. Scharwang. 1520 hab. en 1850, 1916 en 1900, 1102 en 1950, 1020 en 2000. Stèles gravées du Néolithique. Au XIe s., l'abbaye de Saint-Maurice avait des droits sur S. et sur Ottanel (ancien nom de Vernayaz), qui remontaient vraisemblablement à une donation du roi Rodolphe III de Bourgogne. Jusqu'en 1798, S., Ottanel et Gueuroz formèrent un quart de la châtellenie de S. et firent partie du gouvernement (bailliage) de Saint-Maurice. Au début du XXIe s., S. a un Conseil communal de sept membres et une Assemblée primaire (législatif). Au spirituel, S. releva de la paroisse d'Ottanel, qui comprenait toute la vallée, puis l'église paroissiale fut déplacée à S. (1265, vocable Saint-Maurice attesté en 1590) et l'église d'Ottanel devint filiale; Finhaut se détacha de la paroisse de S. en 1649, Vernayaz en 1920. La plupart des habitants de S. vivaient de l'économie pastorale; s'y ajoutaient l'exploitation des carrières d'ardoise et des forêts, le flottage du bois, la contrebande (surtout de sel), le tissage, le commerce et, dès le début du XXe s., l'émigration. Au XIXe s., S. connut un fort développement en tant que station climatérique, favorisé par la construction de la route carrossable Vernayaz-Chamonix (1855-1867) avec service de diligences, puis par la ligne ferroviaire Martigny-Chamonix (1906). En 1895, Guglielmo Marconi y réalisa ses premiers essais de télégraphie sans fil. Un musée lui est consacré depuis 1996 et la Fondation Marconi a vu le jour en 2004. Barrage (réalisé par Alexandre Sarrasin en 1925), zoo, piscine taillée dans le roc et domaine skiable aux Marécottes.

<b>Salvan (commune)</b><br>Affiche touristique du chemin de fer Martigny-Chamonix, réalisée sur la base d'un dessin  d'Edouard Ravel,  vers 1906 (Médiathèque Valais, Sion).<BR/>Le paysage présente dans un habile raccourci les principaux éléments du paysage de la vallée du Trient, trait d'union entre le Valais et la Haute-Savoie: les gorges du Trient en premier plan et le massif du Mont-Blanc en toile de fond, ainsi qu'un village valaisan sur la pente, synthèse de Finhaut, des Marécottes et de Salvan.<BR/>
Affiche touristique du chemin de fer Martigny-Chamonix, réalisée sur la base d'un dessin d'Edouard Ravel, vers 1906 (Médiathèque Valais, Sion).
(...)


Bibliographie
– L. Coquoz, «Démographie du vieux Sylvanum-Salvan», in Ann. val., 1924, 1-45
– F.-O. Dubuis, A. Lugon, «Les premiers siècles d'un diocèse alpin», in Vallesia, 50, 1995, 109-112
– Y. Fournier, F. Gardiol, Marconi et Salvan, 2009
– R. Lonfat, L'erba: Salvan, Finhaut, Vernayaz, 2 vol., 2009

Auteur(e): Gaëlle Bourguinet Eggs