06/03/2006 | communication | PDF | imprimer

Eischoll

Comm. VS, distr. de Rarogne occidental. Le village occupe une terrasse étagée à 1230 m d'altitude, sur la rive gauche du Rhône, en face de Rarogne. 1250 Oiselz, 1336 Oysol, 1418 Eysoll. 270 hab. en 1802, 340 en 1850, 460 en 1900, 523 en 1950, 500 en 2000. E. fut sujet jusqu'en 1376 des seigneurs de la Tour-Châtillon, puis des cinq dizains du Haut-Valais, avec la châtellenie de Niedergesteln (Châtillon), jusqu'à son rachat en 1790. Les statuts communaux (Bauernzunft) datent de 1538. Vers 1730, les trois communautés de Ried, d'Oberhäusern et de Brunnen (noyau du village), se regroupèrent pour donner naissance au territoire communal actuel. Les anciens hameaux sont désertés: Oberhäusern, autrefois chef-lieu, fut habité jusque vers 1900, la maison de commune, de 1656, y a été démolie dans les années 1920; Zuben, Ried, Lohn, Breyen et Tscherggen ne comptent aujourd'hui que des ruraux et des résidences secondaires. Au spirituel, E. dépendit de Niedergesteln avant de devenir paroisse en 1766. La nouvelle église est une imposante construction néoromane de 1886. Le village a été en bonne partie reconstruit après l'incendie de 1877. Jusque dans les années 1960, la commune vivait principalement de l'économie de subsistance traditionnelle (élevage et produits laitiers, céréaliculture, arbres fruitiers). On cultivait des vignes dans la plaine: des achats de parcelles à Salquenen sont attestés au XVIIe s. E. est relié à la vallée du Rhône par un téléphérique, le plus ancien du Haut-Valais (1946) et par une route achevée en 1970. Les deux tiers environ de la population active travaillaient en dehors de la commune en 2000. Sous l'effet du tourisme notamment (premier téléski en 1966, 35 416 nuitées en 2001), le nombre d'immeubles a plus que doublé depuis les années 1960.


Bibliographie
– C. Ackermann-Kuonen et al., Pfarrei und Gemeinde Eischoll, 1986
– R. Brunner et al., Eischoll, 1996

Auteur(e): Werner Bellwald / LA