05/06/2014 | communication | PDF | imprimer

Ausserberg

Comm. VS, demi-distr. de Rarogne occidental. Habitat dispersé sur le flanc nord de la vallée du Rhône, entre le Baltschiederbach et le Bietschhorn, dont le centre, Trogdorf, est à 1008 m d'alt. 1378 Leucrun, 1401 mons episcopi, 1523 mons exterior. A. se trouve sur la ligne Berne-Lötschberg-Simplon (gare depuis 1913) et sur le sentier pédestre de la rampe sud du Lötschberg. Nombreux bâtiments anciens. 358 hab. en 1850, 398 en 1900, 1020 en 1910 (construction de la voie ferrée), 458 en 1920, 631 en 1950 (avec Gründen), 701 en 1970, 628 en 2000. Quelques fermes isolées alémanes sont sans doute à l'origine d'A., où l'évêque de Sion possédait au Moyen Age une partie de la justice et des droits féodaux. Certaines localités furent temporairement autonomes jusqu'à la concentration autour de Trogdorf (A. actuel), qui débuta au XVIe s. et s'acheva en 1922 avec l'annexion à la commune du hameau de Gründen. Coutumier de 1523. Maison communale de 1645. Chapelle de la Sainte-Famille, aujourd'hui Saint-Joseph, vers 1680. Dépendant jadis de la paroisse de Rarogne, A. fut rectorat dès 1815, paroisse dès 1867. La chapelle de 1853-1855 devint paroissiale en 1879. Jusqu'au XXe s., l'agriculture d'autosubsistance domina, alimentée par un important système d'irrigation. Depuis l'ouverture de l'usine Lonza à Viège/Lalden, de nombreux habitants sont ouvriers ou paysans-ouvriers (surtout éleveurs de moutons).


Bibliographie
– K. Anderegg, Ausserberg, 1985
– E. Pfaffen, K. Stadelmann, «Ausserberg - Eine Berggemeinde im Umbruch», in BWG, 22, 1990, 165-236
– E. Pfaffen, Zwei Walliser Berggemeinden nach dem 2. Weltkrieg, mém. lic. Bâle, 1991

Auteur(e): Philipp Kalbermatter / MT