05/01/2009 | communication | PDF | imprimer

Grengiols

Comm. VS, distr. de Rarogne oriental, sur la rive gauche du Rhône, en aval du seuil de Deisch qui marque l'entrée de la vallée de Conches. Elle comprend le village de G. et des hameaux (entre autres Hockmatte, Ze Hyschere, Bächerhyschere) sur l'ancienne route de la vallée de Conches et du col de l'Albrun. 1052 Graneirolis, 1228 Griniruel, 1297 Graniols (probablement du lat. graneirolas, petits greniers). 313 hab. en 1799, 435 en 1850, 555 en 1900, 565 en 1950; 491 en 2000. Vestiges de l'âge du Bronze et traces d'une tour du XIIe/XIIIe s. au Schlosshubel; tombes gallo-romaines et monnaies romaines. G. releva dès le XIe s. de seigneurs vassaux de la Savoie, ceux de Granges, puis ceux de Mörel. La majorie, fondée à la fin du XIIIe s. par l'évêque de Sion et passée à des particuliers, fut rachetée par la commune aux XVIe et XVIIe s. Dès 1430 environ, G. forma avec Bister un tiers de la partie orientale (dite tiers de Mörel-G.) du dizain de Rarogne. Une paroisse est mentionnée entre 1189 et 1203 (le patronage appartenait aux seigneurs de Granges). Rattaché plus tard à la paroisse de Mörel, G. constitua dès 1634 un rectorat (mais qui était de fait une paroisse). Une église avec cimetière est attestée au XIIIe s.; elle fut remplacée sans doute au début du XVIe s. par une nouvelle construction qui fut détruite en 1799 lorsque les troupes autrichiennes en déroute mirent le feu au village. L'église paroissiale Saint-Pierre fut reconstruite en 1800-1803 en intégrant les ruines de l'édifice précédent; le bâtiment actuel date de 1913-1915 et la cure de 1668. Au milieu du XIXe s., de nombreuses familles émigrèrent, surtout en Argentine. Le village subit des avalanches en 1888 et 1904 (destruction du hameau de Milibach en avril 1904). Le village fut mis à l'écart du trafic par la construction de la nouvelle route de la Furka (XIXe s.); il est cependant desservi depuis 1914 par la ligne ferroviaire Furka-Oberalp et par une route d'accès (1963-1964). G. était le grenier du district de Rarogne oriental. Un modeste tourisme s'y implanta vers 1970 (village de vacances d'Eggelti). En 2000, le secteur primaire fournissait encore un bon sixième des emplois.


Bibliographie
– P. Arnold, Licht und Schatten in den 10 Gemeinden von Östlich-Raron im Wallis, 1961
Grengiols zwischen Gestern und Morgen, 1979
MAH VS, 3, 1991, 93-158

Auteur(e): Philipp Kalbermatter / LA