Troistorrents

Comm. VS, distr. de Monthey, dans la vallée de la Vièze (val d'Illiez), rive gauche du Rhône, comprenant le village de T., Morgins, Chemex, Chenarlier, Croix-du-Nant et Vers-Ensier. 1248 Trestorrens. 1191 hab. en 1850, 1556 en 1900, 1836 en 1950, 3567 en 2000. Découverte de quelques monnaies romaines en 1947. T. fit partie de la châtellenie de Monthey, qui passa en 1536 sous la domination des dizains. T. garda son métral; cette charge fut occupée dès 1480 par la famille Nicolerat, qui la vendit en 1619 aux du Fay qui la cédèrent par la suite à la commune. De 1258 au moins et jusqu'à 1798, l'abbaye de Saint-Maurice posséda la seigneurie de Chièzes (village disparu) et de Cries, administrée par un métral, puis par un châtelain (1503); elle installa à Chièzes en 1505, malgré les protestations du châtelain de Monthey, une cour de haute justice. De continuels différends entre T., Monthey et Collombey amenèrent la Diète valaisanne à séparer les trois communes en 1787 et T. forma une nouvelle châtellenie. En 1790, T. se joignit à la révolte des gens de Val-d'Illiez (Pierre-Maurice Rey-Bellet). En 1839, T. et Illiez reconnurent le gouvernement de Sierre et furent occupés par les troupes de celui de Sion. La milice de T. participa à la bataille du Trient (1844) dans les rangs de la Vieille Suisse et, en 1847, la commune fut occupée par les troupes fédérales. Une chapelle est attestée en 1248, qui relevait de Collombey, puis T. devint paroisse (av. 1278). L'église Sainte-Marie-Madeleine (1702) fut restaurée en 1959; chaque village a sa chapelle. T. fut longtemps une commune agricole (céréales, bétail, vigne; encore 12% des emplois en 2005). Sous l'Ancien Régime, la localité fut un réservoir de mercenaires. Une soixantaine de personnes émigrèrent en Algérie en 1851. Afin de profiter du tourisme naissant, la bourgeoisie fit construire un hôtel (1866). La station du chemin de fer Monthey-Champéry fut inaugurée en 1908, la route carrossable en 1911. Dès les années 1940, le tourisme d'hiver se développa, surtout à Morgins. Les moulins de la Tine (1401) sont classés monument historique.


Bibliographie
– M. Donnet-Monay, G. Berthoud, Troistorrents d'hier à aujourd'hui, 2006

Auteur(e): David Rey