25/02/2014 | communication | PDF | imprimer

Tourtemagne

Ancienne comm. VS, distr. de Loèche, ayant fusionné en 2013 avec Unterems pour former la comm. de T.-Unterems. Sur la rive gauche du Rhône, dans la plaine, à la sortie de la vallée homonyme, elle comprenait le village de T., ainsi que les hameaux de Tännu et Ried. 1050 Curtmannonis, 1210 Torthemanei et Tortemagny, all. Turtmann. 253 hab. en 1798, 433 en 1850, 519 en 1900, 751 en 1950, 992 en 2000. Pierres à cupules. Au XIIIe s., le village appartenait à un comte (comitis de Tortemagny en 1210 et 1267). Guillaume de Curia et ses fils Henri et Pierre (1210), le major Aymon de Loèche (1250), l'évêque de Sion (1383) et Pierre de Rarogne (1427), seigneur d'Anniviers, y détenaient des biens. Une ordonnance sur le transport de marchandises a été édicté en 1310 (souste de T.) et un règlement de l'approvisionnement en eau potable en 1435. T. constitua une commune avec Tännu, Ried et Unterems en 1479. Les statuts communaux de 1515 furent complétés en 1535 et remplacés en 1586 (Bauernzunft). Des demeures seigneuriales s'élevèrent à T. aux XVIe et XVIIe s. Gaspard Stockalper commença à bâtir la sienne vers 1670, mais les travaux furent arrêtés après sa chute (1678). Une confrérie de tir fut fondée en 1708. Au spirituel, T. fut d'abord rattachée à Loèche (petite église en 1451), avant de former une paroisse avec Ergisch de 1663 à 1861. Une chapellenie fut instituée en 1723. La nouvelle église paroissiale Saint-Joseph (style historicisant) fut érigée en 1864-1866. L'ossuaire de l'ancienne église, démolie en 1865, fut conservé. Jusqu'en 1879, T. abrita un relais postal sur la route Brigue-Sion. Le village vécut de l'élevage de bétail, de l'agriculture, de l'économie alpestre (vallée de T.), de la vigne et de l'élevage de chevaux jusque tard dans le XXe s.; l'industrie et l'artisanat gagnèrent en importance par la suite. Au début du XXIe s., une grande partie de la population active travaillait à l'extérieur, surtout à Viège et à Steg. Argessa AG (Illsee-Turtmann AG jusqu'en 2002) exploitait notamment les eaux de la T. dans la centrale électrique de Mühlackern. La place d'aviation militaire datant de la Deuxième Guerre mondiale a subsisté jusqu'en 2003.


Bibliographie
– W. Meyer, Familien-Chronik Turtmann, 1991

Auteur(e): Alois Grichting / UG