08/09/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Ayent

Comm. VS, distr. d'Hérens, sur la rive droite du Rhône, comprenant Botyre, Luc, Saxonne, La Place, Blignou, Fortunau, Saint-Romain, Signèse, Villa, Argnou et la station d'Anzère (surgie dès 1969 à 1500 m, au milieu des pâturages). Il n'y a pas de village du nom d'A. 1052 Agent, 1250 Argenta. 1099 hab. en 1850, 1450 en 1900, 2289 en 1950, 3001 en 2000. Tombes du Néolithique final, du Bronze ancien, de La Tène et du haut Moyen Age. Une seigneurie et un château sont attestés à A. en 1052. L'histoire féodale du lieu, très complexe, est encore entièrement à étudier. De 1376 à 1798, A. appartient à l'évêque de Sion, qui la fait administrer par un châtelain. La communauté, mentionnée dès 1257, comprend dès le Moyen Age les "tiers" de Luc, Botyre et Arbaz. Conflits avec Lens, Grimisuat et Arbaz séparé d'A. en 1877; Blignou est rattaché à A. dès 1875. Le territoire de la seigneurie est traversé par l'important passage du Rawil qui, malgré diverses améliorations du chemin muletier au XIXe s., a été peu à peu abandonné. La route Sion-A., construite en 1892 et 1918, est carrossable jusqu'au barrage du Rawil (lac de Tseuzier) édifié en 1956. Usine électrique sur la Lienne (1909). La population était encore à forte majorité paysanne en 1910. Anzère est devenu le premier fournisseur d'emplois (tertiaire). Le prieuré de Saint-Romain, qui existe en tout cas dès 1107 (première mention d'une implantation bénédictine en Valais), relevait de l'abbaye d'Ainay à Lyon. En mars 1379, le prieuré de Granges est réuni à celui d'A. où réside un prieur unique et en 1431, son administration est confiée au curé. La question de la paroisse (Saint-Romain) primitive de la contrée d'A., mentionnée depuis 1279, reste posée: était-elle à l'origine liée au prieuré de Saint-Romain comme on le constate dès 1329? La chapelle d'Argnou, bâtie vers la fin du Xe s. ou dans la première moitié du XIe s., a pu jouer un rôle de succursale dans une desservance à partir de Sion. En 1620, le prieuré est vendu au chapitre de Sion qui aliène ses avoirs en 1859. L'église Saint-Romain de 1862 est construite sur son emplacement.


Bibliographie
– M.-J. Udry, Anzère, mém. lic. Fribourg, 1975
– F.-O. Dubuis, A. Lugon, «La chapelle Sainte-Marie-Madeleine d'Argnou», in Ann. val., 1985, 95-115
HS, III/1, 357-375

Auteur(e): Danielle Allet-Zwissig