Oberwald

Ancienne commune VS, district de Conches, ayant fusionné en 2009 avec Obergesteln et Ulrichen pour former la commune d'Obergoms. Elle comprenait le village d'O. (1370 m) sur la rive droite du Rhône et (depuis 1838) celui d'Unterwassern, qui occupe le fond plat de la rive gauche, le Gerental avec les hameaux aujourd'hui abandonnés d'Untergeren, Obergeren et Bergdorf, les équipements hôteliers de Gletsch et du Belvédère sur la Furka, ainsi que le glacier du Rhône. 1386 Superiore Valde, 1419 Oberwaldt. 280 hab. en 1850, 240 en 1900, 321 en 1950, 260 en 2000. Les premiers habitants liguro-celtes furent d'abord romanisés puis, aux VIIIe et IXe s., germanisés par les Alamans qui avaient franchi le Grimsel. Au spirituel, O. releva de Münster, puis d'Obergesteln (qui se détacha de Münster en 1493), avant d'être érigé en rectorat en 1719, puis en paroisse en 1736. L'église Sainte-Croix (bâtie comme chapelle en 1710, paroissiale dès 1736) possède de précieux autels et sculptures sur bois sortis des ateliers de Johann Ritz et Anton Sigristen (1716). Les premiers statuts (1515), communs à O., Unterwassern et Obergesteln, réglaient l'usage des alpes, communaux et forêts; ceux de la bourgeoisie d'O. datent de 1636. Sous l'Ancien Régime, O. était le plus élevé des neuf quartiers du dizain de Conches. La route Fiesch-O. fut construite en 1860-1861 et le chemin de fer Furka-Oberalp en 1915. Cette ligne est exploitée toute l'année depuis l'ouverture en 1982 du tunnel de base de la Furka, qui permet aussi le transport d'automobiles entre O. et Realp. Dès 1972, O., Obergersteln et Ulrichen gérèrent ensemble une école enfantine et primaire. Au début du XXIe s., O. disposait d'environ 2500 lits, d'un vaste réseau de sentiers pédestres, de pistes de ski de fond (dans la vallée) et de ski alpin (au Hungerberg). En 2005, le secteur tertiaire offrait presque 73% des emplois dans cet ancien village de paysans de montagne.


Bibliographie
MAH VS, 1, 1976, 164-193
– F. Kreuzer, Goms, 31995, 307-315

Auteur(e): Robert Walpen / FP