Wohlgemuth, affaire

August Wohlgemuth était un fonctionnaire de la police impériale, en poste à Mulhouse, qui tentait de recruter des indicateurs pour surveiller les socialistes allemands exilés en Suisse. Le tailleur bavarois Balthasar Anton Lutz, domicilié à Bâle, se montra intéressé, mais il prévint le socialiste Eugen Wullschleger, qui réussit à faire passer Wohlgemuth pour un agent provocateur aux yeux du préfet radical de Rheinfelden Emil Baumer. A Pâques 1889, Wohlgemuth se rendit à un rendez-vous fixé par Lutz à la gare de Rheinfelden; il fut arrêté et conduit à la prison du district, où il fut retenu dix jours. Le gouvernement argovien et le Conseil fédéral approuvèrent le procédé de Baumer, ce qui amena le chancelier Bismarck à s'en prendre énergiquement à la Suisse, avec l'appui momentané de la Russie et de l'Autriche-Hongrie. Mais les représailles concrètes échouèrent; les Etats d'Allemagne du Sud rechignèrent à appliquer les chicanes douanières. Un des moyens de pression fut de dénoncer le traité d'établissement de 1876. Mais le gouvernement allemand suivant, se désintéressant du conflit, négocia bientôt un nouveau traité (1890).


Bibliographie
– H. Renk, Bismarcks Konflikt mit der Schweiz, 1972

Auteur(e): Bernard Degen / PM