26/01/2016 | communication | PDF | imprimer | 

Bourbaki, armée

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

A la suite des défaites françaises en septembre 1870 (guerre Franco-allemande), Belfort est assiégée dès le 2 novembre par les Allemands. L'armée de l'Est, commandée par le général Charles Denis Soter Bourbaki, tente de débloquer la place. A la mi-janvier 1871, elle combat sur la Lisaine le corps d'armée Werder. Apprenant que l'armée Manteuffel fait mouvement en direction de Besançon, Bourbaki décide de se replier sur Lyon, mais ses troupes, désorganisées et démoralisées, sont rejetées sur la frontière suisse. Vu le danger, le Conseil fédéral décide une mobilisation partielle et le général Hans Herzog adapte hâtivement son dispositif, renforçant la couverture du Jura neuchâtelois et du Jura vaudois. Dès le 31 janvier, il y a aux Verrières et dans le Val-de-Travers trois bataillons et quelques pièces d'artillerie. Les autorités neuchâteloises, vaudoises et genevoises lèvent des contingents en attendant l'arrivée d'autres unités fédérales.

Le 26 janvier, le général Justin Clinchant a remplacé Bourbaki qui a tenté de se suicider; le 28, il demande l'internement aux autorités helvétiques. Herzog signe la convention aux Verrières le 1er février vers 3 heures du matin: armements, munitions et matériels seront déposés à la frontière. Dès 5 heures, les troupes françaises pénètrent en Suisse: du 1er au 3 février, 87 000 hommes (appelés parfois Bourbakis) et 12 000 chevaux passent par Les Verrières, Sainte-Croix, Vallorbe et la vallée de Joux. Partout, la population leur prodigue assistance. Le Conseil fédéral répartit les Internés entre tous les cantons, sauf le Tessin; ce tout premier internement massif en Suisse ne va pas sans difficulté (le 9 mars, l'émeute de la Tonhalle à Zurich oppose des Suisses et des officiers français à des Allemands fêtant la victoire). Le rapatriement des Français s'effectue du 13 au 22 mars. La France remboursera les frais publics, soit plus de 12,1 millions de francs. Le panorama conçu par le Genevois Edouard Castres (1881, dès 1889 à Lucerne) rappelle l'événement.


Bibliographie
– A. Meyer, H. Horat, Les Bourbakis, 1983 (all. 1981)
– H.D. Finck, M.T. Ganz, Bourbaki-Panorama, 2000

Auteur(e): Hervé de Weck