Binn

Comm. VS, distr. de Conches, comprenant le village de Schmidigehischere (ou Binn) et les hameaux de Ze Binne, Wilere, Giesse et Fäld dans le haut Binntal, ainsi que la chapelle de pèlerinage et une partie du hameau de Heiligkreuz dans le Lengtal. 1297 Buen, Buyn, Bun, Bondolun. 195 hab. en 1850, 233 en 1900, 184 en 1920, 193 en 1950, 155 en 2000. Des tombes celtes et gallo-romaines trouvées en 1881 et 1897 à Schmidigehischere, site habité dès la Préhistoire, des tombes et objets laténiens et gallo-romains découverts dans la vallée, surtout à B., dès le milieu du XXe s. attestent l'importance du col de l'Albrun, qui relie le Binntal à l'Italie. Majorie jouissant de certains privilèges, B. formait un quart du dizain inférieur de Conches (paroisse d'Ernen). Fief savoyard, B. passa aux nobles de la Tour, aux seigneurs de Falcon, puis à l'évêque de Sion qui, au XIVe s., fit administrer la justice par un mestral. Du XVe s. à la Révolution, un major, élu par le peuple et nommé par l'évêque, remplaça le mestral, avec des compétences limitées. La communauté de B. apparut en 1297 et tint ses assemblées dès 1429. Détachée de l'église mère d'Ernen entre 1296 et 1298, la paroisse de B. avait son centre à Wilere. La vallée doit sa réputation, à l'époque moderne, à ses minéraux (gneiss, dolomites) et à la richesse de sa flore. La route aménagée en 1863-1864 et l'hôtel Ofenhorn ouvert en 1883 virent arriver les premiers touristes et de nombreux minéralogistes. Le commerce des minéraux, appoint lucratif jusqu'en 1914, connut ensuite des années difficiles; le gisement de Lengebach, le plus célèbre de la vallée, ruiné par la Première Guerre mondiale, a été remis en activité en 1958. L'exploitation du minerai de fer, pratiquée à l'époque moderne, s'avéra non rentable au XVIIIe s. Les transports furent améliorés, même en hiver, par la route carrossable (1938) et par le tunnel de la Twingi (1965), ce qui causa un recul de la céréaliculture. Le nombre des exploitations agricoles à plein temps tomba de 25 (1955) à 5 (1994). La vallée est zone naturelle protégée dès 1964. Un musée d'ethnographie et de minéralogie s'est ouvert à B. en 1983. Les revenus du tourisme sont importants pour la vallée de B., riche en beautés naturelles. Le Heimatschutz suisse a attribué son prix à B. en 1985 et à l'association Pro Binntal en 1991 (pour la restauration de l'hôtel Ofenhorn).


Bibliographie
MAH VS, 2, 1979, 148-220
– K. Aerni, «Zur Nutzung der Flur im Binntal (Wallis)», in Jahrbuch der Geographischen Gesellschaft von Bern, 55, 1983-1985, 211-234
Wandern im Binntal, 1989
– J. Schwanz, Das Binntal und seine Mineralien, 1994

Auteur(e): Alma Treyer / PM