16/05/2012 | communication | PDF | imprimer | 

Ringgenberg, affaire de

Lorsque Petermann von Ringgenberg devint seigneur de Ringgenberg-Brienz, en 1378, il tenta de mettre de l'ordre dans les finances en augmentant les impôts. Cette mesure provoqua un soulèvement, au cours duquel le château de Ringgenberg fut détruit, en 1381. Les gens d'Unterwald, surtout ceux d'Obwald, y participèrent dans l'espoir d'étendre leurs frontières au-delà du Brünig. Petermann fut fait prisonnier et amené à Obwald. Nous ne connaissons ces faits et les conflits simultanés à propos des alpages de Giswil que de manière indirecte. Une chose est sûre: le 13 juin 1381, des tribunaux arbitraux statuèrent sur les deux affaires dans un sens contraire aux intérêts des gens d'Obwald; cela entraîna la chute des familles nobles d'Unterwald en 1382 et, à Obwald, celle de Walter von Hunwil, parent des Ringgenberg. La ville de Berne, de son côté, parvint à défendre ses prétentions dans l'Oberland, si bien que la situation antérieure fut rétablie. Petermann, n'ayant pas les moyens de reconstruire son château, s'installa à Thoune et, pour protéger sa seigneurie, signa un traité de combourgeoisie avec Berne qui consolida ainsi sa position dans l'Oberland.


Bibliographie
– R. Durrer, «Die Freiherren von Ringgenberg, Vögte von Brienz, und der Ringgenberger Handel», in JSG, 21, 1896, 195-392
– A. Garovi, Obwaldner Geschichte, 2000, 63-65
– J.R. Poffet, «Der Ringgenberger Handel von 1381», in Revue de l'Assoc. suisse pour la conservation des châteaux et des ruines, 13, 2008, no 1, 20-23

Auteur(e): Angelo Garovi / UG