• <b>Sembrancher (commune)</b><br>Vue plongeante sur le village au confluent de la Dranse de Bagnes et de celle d'Entremont. Photographie   d'Oscar Darbellay,  1952 (Médiathèque Valais, Martigny). Le pont sur la Dranse du train Martigny-Sembrancher-Le Châble est en construction et, dès 1953, permettra au Martigny-Orsières de relier également le val de Bagnes.

Sembrancher (commune)

Comm. VS, chef-lieu du distr. d'Entremont, au confluent de la Dranse de Bagnes et de celle d'Entremont, sur la route du Grand-Saint-Bernard. 1177 Sancti Pancratii de Branchi, ancien nom all. St. Branschier. 567 hab. en 1802, 739 en 1850, 716 en 1900, 664 en 1950, 792 en 2000. Restes d'habitat, sépultures (type Chamblandes) en Crettaz-Polet (du Néolithique moyen à La Tène finale). Relais sur le chemin du Mont-Joux. Domaine de l'évêque de Sion au haut Moyen Age, S. fut placé sous la juridiction du vidomne d'Orsières. Il passa sous la domination des comtes de Savoie à la fin du XIe s.; Amédée IV lui accorda en 1239 des franchises qui furent élargies en 1322 et 1324; la localité jouissait des droits de foire, de marché et de souste. S. devint chef-lieu de la châtellenie de l'Entremont en 1359. Dès la fin du XIIIe s., S. posséda une communauté bien structurée. Les bourgeois signèrent en 1376 un traité de combourgeoisie avec Aigle, renouvelé en 1676, 1736, 1766 et 1776. Après la conquête du Bas-Valais (1476), la châtellenie forma l'une des bannières du gouvernement de Saint-Maurice jusqu'en 1798. S. fit partie du district de S. (1798), des dizain (1802), canton (1810), dizain (1814) et district (1848) d'Entremont. L'ancien hôpital, mentionné en 1365, rénové en 1813 et 1850, abrite le tribunal de district et, depuis 1999, la Maison de l'Entremont. La paroisse, desservie par les religieux du Grand-Saint-Bernard (1150) comprit Bovernier jusqu'en 1747. L'église, à l'origine Saint-Pancrace, dédiée à saint Etienne depuis 1286, a été baroquisée vers 1686. Chapelles à Chamoille (1686) et à La Garde (1695). En 1796, des trappistes et trappistines chassés de France s'installèrent à S., qu'ils durent quitter au début de 1798. Les travaux de la construction de la voie ferrée Martigny-Orsières, commencés en 1906, amenèrent beaucoup d'ouvriers à S.; au début du XXe s., l'on y dénombrait une cinquantaine de commerces. Depuis lors, petit commerce et artisanat ont décliné. Une eau minérale nommée S. est commercialisée depuis 2008. Le Centre régional d'études des populations alpines, fondé en 1990, a son siège à S.

<b>Sembrancher (commune)</b><br>Vue plongeante sur le village au confluent de la Dranse de Bagnes et de celle d'Entremont. Photographie   d'Oscar Darbellay,  1952 (Médiathèque Valais, Martigny).<BR/>Le pont sur la Dranse du train Martigny-Sembrancher-Le Châble est en construction et, dès 1953, permettra au Martigny-Orsières de relier également le val de Bagnes.<BR/>
Vue plongeante sur le village au confluent de la Dranse de Bagnes et de celle d'Entremont. Photographie d'Oscar Darbellay, 1952 (Médiathèque Valais, Martigny).
(...)


Bibliographie
– A. Pellouchoud, «Essai d'hist. de Sembrancher», in Ann. val., 42, 1967, 5-136
HS, III/3, 1066-1068
Le Valais avant l'hist., cat. expo. Sion, 1986, 208-215
– P. Dubuis et al., Sembrancher, 1989
– Y. Klecki-Voutaz, Sembrancher de mon enfance, 2010

Auteur(e): David Rey