02/11/2010 | communication | PDF | imprimer | 

Nendaz

Comm. VS, distr. de Conthey, en Valais central. Son territoire s'étage de la rive gauche du Rhône (490 m) à la Rosablanche (3336 m) sur 8611 ha, et comprend une quinzaine de villages et hameaux dont Basse-N. (chef-lieu), Haute-N., Bieudron, Aproz, Baar, Brignon et Beuson. 984 Nenda, ancien nom all. Neind. 1599 hab. en 1850, 2289 en 1900, 3722 en 1950, 5350 en 2000. Tombes en dalles avec poteries noires du Néolithique récent près de Baar, bracelets de La Tène à Clèbes, monnaie frappée à Carthage avant 305 apr. J.-C. au-dessus de Basse-N. La première mention de N. date de 984 (charte du roi Conrad de Bourgogne). Après avoir appartenu à l'abbaye de Saint-Maurice, N. dépend de la châtellenie savoyarde de Conthey (XIIe-XVe s.) et s'organise en communauté avec conseils, syndics et procureurs. Vers 1261, le comte Pierre II de Savoie fait ériger un château fort à Brignon et y installe un châtelain; mais il fait détruire la forteresse en 1266 déjà et Brignon retrouve son rang de majorie (les ruines du château sont encore bien visibles). N. revient aux dizains haut-valaisans après leur victoire sur la Savoie (1475), dépend du gouverneur du Bas-Valais (1488-1536), puis de celui de Saint-Maurice (1536-1592). La Diète nomme ensuite pour N. un major subordonné au gouverneur de Saint-Maurice (1592-1665), avant de réunir N. et Hérémence en une grande majorie (1665), qui dépend directement d'elle jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. N. fait ensuite partie du dizain de Sion (1802), puis du nouveau dizain de Conthey (1815, district dès 1848). La commune rachète finalement en 1844 les droits féodaux que l'abbaye de Saint-Maurice possédait encore.

A Basse-N., une chapelle du IXe-Xe s., dédiée à Saint-Léger, fut transformée en église paroissiale sans doute au XIe s. (première mention de la paroisse de N. entre 1162 et 1178). Agrandie par un nouveau chœur vers 1300, l'église fut encore transformée vers le milieu du XVe s. La croissance démographique nécessita une reconstruction partielle vers 1700 (baroque), puis en 1882-1885. D'autres restaurations eurent encore lieu en 1964-1967, ainsi qu'en 2002. A Haute-N., la chapelle Saint-Michel (XVe s., rénovée en 1856) est ornée de peintures de Charles Frédéric Brun (dit le Déserteur). Au début du XXIe s., quatre églises et douze chapelles (la moitié construites au XXe s.) se répartissent sur le territoire communal.

Dans les années 1860 et 1870, d'importants travaux d'endiguement du Rhône et la construction d'un pont métallique à Aproz (1869) facilitent la communication avec la rive droite du fleuve. La première route carrossable atteint Basse-N. en 1914, Haute-N. en 1925, Siviez en 1946. L'électricité est introduite en 1909. Dès la première moitié du XXe s., des paysans s'engagent sur des chantiers (barrages de Barberine et de la Grande Dixence), souvent dans des conditions difficiles (silicose), ou dans les usines (Aluminium Industrie Aktien Gesellschaft, puis Alusuisse, à Chippis). En 1908, une convention est signée pour la captation des eaux de la Printse inférieure, afin d'alimenter l'usine électrique d'Aproz. La Printse supérieure sera exploitée dès 1942 par Energie de l'Ouest-Suisse. Une amenée d'eau est creusée depuis Cleuson pour alimenter le barrage de la Grande Dixence. Le barrage de Cleuson est construit entre 1946 et 1951. Les sources d'Aproz sont exploitées dès 1947 (station d'embouteillage reprise en 1958 par la coopérative Migros). L'ouverture au tourisme marque un tournant de l'économie nendarde. En 1938, Haute-N. se dote d'une société de développement dont les promoteurs étendent progressivement un réseau de remontées mécaniques qui assurent la jonction entre de vastes domaines skiables. La station de Super-N. est créée en 1965 à Siviez, dans une zone alors inhabitée. De 84 243 nuitées en 1970, l'occupation touristique de N. passe à 672 000 en 2007 (70% en hiver). Si le secteur tertiaire offre 50% des emplois en 2005, 23% proviennent encore du secteur primaire.


Bibliographie
– J.E. Tamini et al., Essai d'hist. du district de Conthey, 1933
– L. Blondel, «Le château de Brignon», in Vallesia, 4, 1949, 29-34
– M.-R. Sauter, «Préhist. du Valais», in Vallesia, 5, 1950, 116-117; 15, 1960, 263
– F.-O. Dubuis, «Saint-Léger de Nendaz», in Ann. val., 1984, 127-160
– M. Praz, Le tourisme générateur de profondes mutations démographiques et socio-culturelles, 2 vol., 1984
– H. Michelet, Jalons dans l'hist. de Nendaz, 1995

Auteur(e): Pierre Carruzzo