06/03/2006 | communication | PDF | imprimer

Eggerberg

Comm. VS, distr. de Brigue. Composée des hameaux de Mühlackern, Wirmschland, Berg, Eggen et Finnen, habité en été seulement. Habitat dispersé sur la rive droite de la vallée du Rhône, près de Viège. 1307 Eccun. 153 hab. en 1802, 217 en 1850, 241 en 1860, 197 en 1870, 224 en 1900, 622 en 1910 (construction du chemin de fer du Lötschberg), 262 en 1920, 344 en 1950, 382 en 2000. A la fin du Moyen Age, la justice fut quelque temps aux mains des familles d'Ornavasso et de Rarogne. En 1312, E. apparaît comme une communitas appartenant au Gumper (sorte d'arrondissement militaire) de Rischinen du dizain de Brigue. En 1658, la maison communale est édifiée à Berg. E. fit partie de la paroisse de Naters en 1221 au plus tard, puis de celle de Glis depuis 1642. Les hameaux se trouvant sous le bisse de Laldneri furent attribués dès 1329 à la paroisse de Viège. En 1789, E. forma un rectorat. L'église Saint-Joseph fut bâtie en 1863 et la paroisse autonome érigée en 1902. En 1854, Finnen intégra la commune. Le désenclavement par le chemin de fer (gare du BLS en 1926) et par la route (1961-1976) intervint assez tard. Commune essentiellement agricole, E. commença en 1957 son remaniement parcellaire. En 2000, les navetteurs constituaient les trois quarts de la population active. On comptait parmi eux de nombreux paysans-ouvriers qui travaillaient à la fabrique Lonza à Viège, toute proche, et élevaient en outre des moutons.


Bibliographie
Brig-Glis, 1977
– K. In-Albon, 75 Jahre Pfarrei Eggerberg, 1902-1977, 1977
– T. Antonietti, Eggerberg und sein Triel, 1988

Auteur(e): Philipp Kalbermatter / WW