No 1

Lestrange, Augustin de

naissance 19.1.1754 (Louis-Henri) à Colombier-le-Vieux (Ardèche), décès 16.7.1827 à Lyon-Vaise, cath., Français. Ordonné prêtre à Paris (Saint-Sulpice) en 1778, vicaire général de Vienne en 1780. L. évita d'être élu évêque en entrant à l'abbaye cistercienne de La Trappe, où il devint sous-prieur et maître des novices. Pour fuir les persécutions, il gagna la Suisse en 1791 avec des sympathisants et obtint des autorités fribourgeoises l'autorisation pour vingt-quatre trappistes de s'établir dans l'ancienne chartreuse de La Valsainte, dont il devint supérieur (1791), puis abbé (1794). Sous sa direction, le monastère enregistra un grand nombre de nouvelles entrées et un afflux de réfugiés qui nécessitèrent l'installation - éphémère - de nouveaux établissements, tel Sembrancher, premier couvent de femmes issu de la réforme de La Trappe. L. créa en outre un tiers ordre destiné à l'enseignement et à l'éducation. Les trappistes furent chassés de Suisse en 1798. L. rassembla autour de lui les membres de l'ordre ainsi que des élèves des deux sexes (254 personnes en tout) et les conduisit dans une "odyssée monastique" qui les mena au sud de l'Allemagne, en Autriche, en Russie puis à nouveau en Allemagne. Après un second séjour à La Valsainte (1802-1811), il tenta de fonder des communautés aux Etats-Unis (1813) et en Angleterre. De retour à La Trappe en 1815, il y déploya une inlassable activité de visiteur. En 1825, il fut dénoncé à Rome pour abus d'autorité et sévérité excessive. Sa mort soudaine lui évita la destitution. Malgré les critiques justifiées à son encontre, il est incontestable que L. a rendu possibles la survie et le renouveau du mouvement de stricte observance de l'ordre cistercien au XIXe s. par sa réforme, engagée à La Valsainte et inscrite dans les Règlements de 1794.


Bibliographie
Catholicisme: hier, aujourd'hui, demain, 7, 1972, 477-479
HS, III/3, 1055-1076
LThK, 6, 853
– A.-H. Laffay, Dom Augustin de Lestrange et l'avenir du monachisme, 1998

Auteur(e): Patrick Braun / FP