No 1

Sellon, Jean-Jacques de

naissance 20.1.1782 à Genève, décès 6.6.1839 à Belfort, prot., de Genève. Fils de Jean, seigneur d'Allaman et comte du Saint Empire, et de Victoire Montz. ∞ 1813 Françoise Alexandrine Cécile de Budé de Boisy, fille d'Isaac, propriétaire. Education auprès d'un précepteur, séjours en Italie (1790-1794). Littérateur, philanthrope, collectionneur et mécène, S. défendit l'abolition de la peine de mort et le pacifisme en cherchant à sensibiliser le public par des interventions politiques, des publications, des concours, ainsi qu'en œuvrant dans des sociétés (fondateur de la Société de la Paix de Genève en 1830). Ami d'Etienne Dumont, il exerça une grande influence, notamment sur son neveu Cavour et Henri Dunant. Propriétaire d'une grande collection de peintures, S. l'ouvrit au public. Nommé chambellan, puis chevalier de l'ordre de la Réunion par Napoléon. Membre du Conseil représentatif de Genève (1814-1835).


Bibliographie
– I. Rens, K.-G. Giesen, «Jean-Jacques de Sellon, pacifiste et précurseur de "l'esprit de Genève"», in RSH, 1985, 261-287
– B. Luginbühl, Im Kampf gegen die Todesstrafe: Jean-Jacques Comte de Sellon (1782-1839), 2000
– M. Rudloff-Azzi, «Le musée hist. de "La Fenêtre": Jean-Jacques de Sellon ou l'art au service d'une éducation patriotique», in Genava, N.S., 53, 2005, 173-220

Auteur(e): Lucien Boissonnas