22/02/2013 | communication | PDF | imprimer

Ursins

Comm. VD, distr. du Jura-Nord vaudois. 1008 in Ursingio, 1174 Ursi. 7 feux en 1389, 17 en 1550, 168 hab. en 1764 (25 feux), 147 en 1803, 252 en 1850, 201 en 1900, 173 en 1950, 170 en 2000. Un temple gallo-romain, deux autres sanctuaires et divers bâtiments, révélés en 2003 par prospection aérienne, tendent à confirmer qu'U. fut un important centre religieux régional entre 50 av. J.C. et 250 apr. J.C. Guillaume Fabri y fit des fouilles en 1608 déjà. Les murs de la cella furent utilisés en 1702 comme fondations des murs de la nouvelle nef lors de la reconstruction du temple, sur les plans du Bernois Samuel Jenner, et probablement l'avaient-ils déjà été pour le bâtiment du VIe s. Albert Naef fouilla l'édifice en 1908-1910 et restaura les murs de l'ambitus. Une famille de chevaliers existait à U. au Moyen Age. Le patronage de l'église paroissiale (dédiée très vraisemblablement à saint Martin), fut donné au chapitre de Lausanne par l'évêque Amédée. A la Réforme, U. devint une annexe de la paroisse de Gressy. Communauté mentionnée en 1415. U. fit partie de la seigneurie de Belmont, puis de la châtellenie du même nom sous le régime bernois (bailliage d'Yverdon) et du district d'Yverdon (1798-2006). Société de laiterie (1921-1992). Remaniement parcellaire en 1955. Le café a fermé en 1947, l'école en 1967 (transformée en locatif en 1983) et l'épicerie en 1977. U. est resté essentiellement agricole.


Bibliographie
– O. Dessemontet, La seigneurie de Belmont au pays de Vaud, 1955
– M. Grandjean, Les temples vaudois, 1988
Archéol. en terre vaudoise, cat. expo. Lausanne-Vidy, 2009, 168-169

Auteur(e): Olivier Dessemontet