Cateau-Cambrésis, traités de

La paix conclue entre la France et l'Angleterre le 2 avril 1559, entre la France et l'Espagne le 3, confirmait l'hégémonie de l'Espagne, qui conservait Naples, le Milanais et ses territoires de Bourgogne (Franche-Comté) et des Pays-Bas. La France gagnait Calais, Toul, Metz et Verdun, mais rendait la Savoie occupée en 1536 à son nouveau duc, Emmanuel-Philibert. Ce dernier, qui exigeait aussi la restitution des territoires conquis en 1536 par Berne, Fribourg et le Valais, récupérera le Chablais, le Genevois et le Pays de Gex au traité de Lausanne (1564) et à celui de Thonon (1569). Le cas de Genève ne fut pas réglé. Les cantons suisses et leurs alliés étaient compris dans le traité franco-espagnol comme alliés du roi de France.


Bibliographie
– A. de Rublé, Le traité de Cateau-Cambrésis, 1889
– A. Biel, Die Beziehungen zwischen Savoyen und der Eidgenossenschaft zur Zeit Emanuel Philiberts, 1967
– R. Oresko, «The Question of the Sovereignty of Geneva after the Treaty of Cateau-Cambrésis», in Republiken und Republikanismus im Europa der frühen Neuzeit, 1988, 77-99

Auteur(e): Niklaus Bartlome / PM