Mathod

Comm. VD, distr. du Jura-Nord vaudois, située dans la plaine du Mujon, affluent de la Thielle. 1141 Mastod. 40 feux en 1416, 229 hab. en 1764, 350 en 1803, 382 en 1850, 358 en 1900, 368 en 1950 et 459 en 2000. M. était situé à l'embranchement pour Pontarlier de la route romaine Orbe-Avenches. Vestiges (tuiles et chaux) d'un probable établissement romain. Au Moyen Age, la localité dépendit de l'abbaye du Lac de Joux, puis fut rattachée à la seigneurie de Champvent et enfin à celle de la Mothe. Elle fit partie du district d'Yverdon de 1798 à 2006. Son église (Saint-Martin), filiale de la paroisse de Saint-Christophe, fut paroissiale entre 1285 et 1558, puis annexe de Champvent. Agrandie en 1738, désaffectée en 1938, elle a été remplacée par un nouvel édifice construit à l'entrée du village (avec une œuvre du peintre Louis Rivier). Le château date de l'époque bernoise; son corps principal (XVIIe s.) s'est agrandi, au XVIIIe s., de deux ailes et d'un grand escalier couvert d'inspiration palladienne. Longtemps commune purement agricole, M. a bénéficié de l'assèchement des marais de la plaine de l'Orbe pour se spécialiser dans les cultures maraîchères. Elle a retrouvé son dynamisme au début du XXIe s. grâce à sa situation entre les sorties des autoroutes A1 et A9 (développement du commerce et de l'artisanat).


Bibliographie
– L. Michaud, Yverdon à travers son passé, 1969
– H. Hertig, L. Vuille, Yverdon et son district raconté par la carte postale, 1982

Auteur(e): Philippe Heubi