12/04/2012 | communication | PDF | imprimer | 
No 8

Prevost, Pierre

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 3.3.1751 à Genève,décès 8.4.1839 à Genève, prot., de Genève. Fils d'Abraham, pasteur, puis principal du collège Calvin, et de Jeanne-Marie Bellamy. Cousin d'Isaac-Bénédict ( -> 4). ∞ 1) 1788 Louise-Marguerite Marcet, fille de Marc, horloger et membre du Conseil des Deux-Cents, 2) 1795 Jeanne-Louise Marcet, sœur de Louise-Marguerite. Beau-frère d'Alexandre Marcet. Doctorat en théologie (1771) et en droit (1773) à Genève. Avocat à Genève (1773), précepteur en Hollande, puis dans la famille Delessert à Lyon et Paris (1774-1780). Professeur de philosophie à l'académie de Berlin (1780), P. publia ses premiers travaux d'économie politique et de mécanique corpusculaire. A Genève, professeur de belles-lettres (1784-1785), puis de philosophie rationnelle (1793-1823, chaire de physique théorique dès 1809), recteur (1796-1798). Elu au Conseil des Deux-Cents (1786), puis à l'Assemblée nationale (1793). P. signa en 1798 le traité de réunion de Genève à la France. Après un important travail sur l'origine des forces magnétiques (1788), P. s'intéressa principalement à l'étude de la chaleur. Intellectuel polyvalent, auteur de recherches sur les probabilités, d'un ouvrage sur la formation des idées, ainsi que d'essais de philosophie. Spécialiste de la philosophie pragmatique anglo-écossaise du common sense, traducteur de ses plus importants auteurs. Fidèle à l'atomisme cinétique de Georges-Louis Le Sage, P. s'efforça de plus d'expliquer par une théorie corpusculaire de la lumière les phénomènes de polarisation et d'interférences découverts dans les années 1808-1815. Le développement de la théorie ondulatoire de la chaleur l'amena à publier une Exposition élémentaire des principes qui servent de base à la théorie de la chaleur rayonnante (1832). Par l'ampleur et la variété de ses réflexions, P. fut l'un des derniers savants "lettrés" à la manière du XVIIIe s.


Fonds d'archives
– Fonds, BGE
Bibliographie
Livre du Recteur, 5, 241
– B. Weiss, Zwischen Physikotheologie und Positivismus, 1988 (avec liste des œuvres)
– P. Speziali, Physica genevensis, 1997, 81-90

Auteur(e): René Sigrist