Wynigen

Comm. BE, distr. de Berthoud, arrondissement administratif de l'Emmental. Vaste, elle comprend les villages de W. et Bickigen-Schwanden dans la vallée, les hameaux de Rüedisbach, Kappelen, Mistelberg, Ferrenberg, Breitenegg et Brechershäusern, des fermes isolées ou regroupées dans les collines à une altitude de 500 à 849 m. Brechershäusern fusionna avec W. en 1887, Bickigen-Schwanden en 1911 et l'enclave de Lünisberg fut cédée à la commune d'Ursenbach en 1889. 1185 Winingen. 1550 hab. en 1764, 2897 en 1850, 3085 en 1880, 2735 en 1900, 2386 en 1950, 1827 en 1980, 2037 en 2000.

Tumulus halstattien au Füstlenberg, tombes laténiennes à Bickigen, rempart de terre préhistorique de Heidenstatt et fortifications médiévales de Grimmenstein, Friesenberg et Schwanden. W. appartint aux Zähringen, puis, dès 1218, aux Kibourg (officium soit bailliage de Gutisberg, mentionné de 1261 à 1263). Grâce à leurs châteaux forts, des ministériaux des Kibourg, dont les seigneurs de W., les Fries von Friesenberg (XIIe-XIVe s.) et les Grimmenstein (XIIIe-XIVe s.), contrôlaient les passages de Willisau à la région de l'Emme et de l'Aar. Les W., les Fries et les Grimmenstein obtinrent la bourgeoisie de Berne au XIIIe s., les Grimmenstein aussi celle de Thoune; tous s'éteignirent au XIVe s. Leurs châteaux avaient déjà passé à d'autres ministériaux des Kibourg, celui de Grimmenstein aux Rohrmoos et Friesenberg aux Mattstetten. Lors de la guerre de Berthoud (1383-1384) entre les comtes de Kibourg et la ville de Berne, les premiers perdirent leurs possessions à W. Berne assiégea les châteaux, détruisit Friesenberg et peut-être Schwanden. Grimmenstein en revanche se rendit et fut placé sous la suzeraineté de Berne. En 1402, les Kibourg durent vendre leur juridiction de Bickigen-Schwanden à Berthoud et celle de W. (avec les communaux et les forêts de Hirseren, Kastel et Waldacker) à Petermann von Rohrmoos résidant à Grimmenstein. Dès 1406, W. fut placée sous l'autorité de Berne (comté de Wangen). Au XIVe s., de nombreux habitants de W. étaient bourgeois forains de Berne, mais W. fut cependant rattaché au district forain de Berthoud en 1431 et soumis à l'impôt dans celui-ci. En 1497, Berne acheta la seigneurie de W. avec le château de Grimmenstein, la basse juridiction de W. ainsi que des forêts et des domaines et, en 1502, la soumit à l'autorité de l'avoyer de Berthoud.

Les droits sur l'église (mentionnée en 1275, reconstruite au début du XVIe s. et transformée en 1671) appartenaient aux Kibourg. Ils passèrent en 1383 au chapitre Saint-Ours de Soleure, qui incorpora l'église, puis la remit à Berne en 1539 par échange. La chapelle (1275 Cappell) du château de Friesenberg, située à Kappelen, était une église privée avec droit de patronage, sans être filiale de W. Il pourrait s'agir de la même chapelle que celle qui se trouvait à Graben près de W. (Saint-Ulrich, mentionnée de 1426 à 1447), qui disparut après la Réforme.

Le village de W. pratiquait l'assolement triennal; il avait (sauf Bickigen et les domaines isolés) le droit de pâture dans les forêts seigneuriales (1502). En 1503, les communautés paysannes de Wil, Alchenstorf et W. partagèrent les communaux, ce qui permit de fixer la limite ouest de la commune. Selon des arrêts en 1521 et 1658, les autorités percevaient un cens pour les enclosures établies sur les communaux. Des défrichements furent entrepris dans les forêts de Kastelwald (1520) et d'Eichwald (1574); une sole fut aménagée au Mieschberg en 1627. En 1771-1772, paysans et Tauner entrèrent en conflit au sujet du partage des communaux, qui fut définitivement réglé en 1815. Tous les grands domaines avec céréaliculture et économie laitière sont attestés aux XIIIe et XIVe s. déjà. L'artisanat se faisait parfois à grande échelle, comme l'atteste l'organisation des tailleurs de Haute-Argovie en 1578. Malgré une situation favorable sur la route Berthoud-Langenthal et une station sur la ligne de chemin de fer Olten-Berne, ouverte en 1857, l'industrie ne s'implanta jamais vraiment à W. Soit les entreprises se déplacèrent, comme l'atelier mécanique Aebi à Berthoud et une biscuiterie à Hindelbank, soit elles disparurent, comme une brasserie, une cidrerie et une fromagerie spécialisée dans les pâtes molles. La Caisse d'épargne et de crédit, créée en 1930, existe toujours. Dans les régions de collines, l'agriculture passa à l'économie laitière avec des fromageries à Friesenberg, Breitenegg et W. La commune comprenait les arrondissements scolaires de W.-village (avec l'école secondaire créée en 1835), Kappelen, Mistelberg et Rüedisbach. Dès 2007, en raison de la diminution du nombre d'élèves, l'école fut centralisée dans le village de W. et à Kappelen.


Bibliographie
– P. Bannwart et al., Bauinventar der Gemeinde Wynigen, [1989]
– M. Zürcher et al., 825 Jahre Wynigen, 2010

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / MBA