23/06/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Abbaye, L'

Comm. VD, distr. de La Vallée dès 1798, sur la rive orientale du lac de Joux, entre 1000 et 1600 m. Outre le village de L'A., elle comprend ceux du Pont et des Bioux et des hameaux. 917 hab. en 1764, 1018 en 1850, 1350 en 1900, 1304 en 2000 Le territoire relevait de l'abbaye du Lac de Joux, puis devint fief de LL.EE. de Berne (1536), rattaché au bailliage de Romainmôtier. La commune fut créée en 1571, détachée de celle du Lieu qui englobait alors tout le territoire de la vallée de Joux; jusqu'en 1798, elle fut administrée par les Conseils des XII et des XXIV. La tour Aymon, érigée après 1331 à L'A., est le plus ancien bâtiment subsistant. L'église devint paroissiale en 1543, après la Réforme; le temple actuel date de 1865. L'industrialisation remonte à la fin du XVe s. où forges, martinets, battoirs et scieries furent établis sur le cours de la Lionne; seules les dernières sont toujours en activité. Ferrière (1481) puis haut fourneau (de 1557 au début du XVIIIe s.), petite métallurgie (dès 1650) ont précédé l'horlogerie, pratiquée essentiellement à domicile dès le milieu du XVIIIe à la fin du XIXe s., en usine dès lors.

Le village de L'A., centre administratif, fraction de commune, comptait 266 hab. en 1764, 252 en 1990. Il se développa à partir de la Réforme sur les vestiges du couvent prémontré. Il subit plusieurs incendies, dont le dernier en 1966.


Bibliographie
– Ch.-E. Rochat, L'Abbaye 1571-1971, 1971
– P.-L. Pelet, Fer, charbon, acier dans le Pays de Vaud, 2, 1978; 3, 1983
– S. Aubert, Villages et hameaux, 1, 1983

Auteur(e): Rémy Rochat