Gilly

Comm. VD, distr. de Rolle dès 1798. Commune viticole comprenant le hameau de Vincy. 1179 de iusliaco, 1278 Gillie. 402 hab. en 1764, 622 en 1850, 646 en 1900, 514 en 1950, 768 en 2000. Au Moyen Age, Romainmôtier possédait des biens dans le territoire de G. qui abrite le plus ancien château vaudois, dit de la Motte, détruit en 1292, une maison forte à la Dollaz ainsi qu'un château à Vincy, brûlé par les Bernois en 1530. G. dépendait au début du XIVe s. des seigneurs de Rolle, puis de ceux de Vincy, ensuite des sires de Mont. Dès cette époque, G. et Vincy bornèrent leurs pâturages communs. Sous le régime bernois (1536-1798), le village, intégré au bailliage de Morges, eut une cour de justice et fut régi par un conseil de huit membres. Eglise (fin XIIIe s.) fondée par les Sallenove, reconstruite en 1883 à l'écart du village. Après la Réforme, elle devint l'annexe de Bursins. Malgré l'existence de la gare CFF G.-Bursinel dès 1858 et de l'autoroute Genève-Lausanne, G. est resté un bourg essentiellement rural (agriculture, viticulture, arboriculture).


Bibliographie
– G. Delessert, Un château et l'ancienne seigneurie de Vincy, 1912
Gilly, pays des Raffa-Pépins, 1997

Auteur(e): Germain Hausmann