No 2

Jallabert, Jean

naissance 26.7.1712 à Genève, décès 9.4.1768 à Genève, prot., bourgeois de Genève. Fils d'Etienne ( -> 1). ∞ 1740 Sybille-Catherine Calandrini, fille de François. Etudes de philosophie et théologie à l'académie de Genève. Consacré pasteur en 1737. Nommé professeur honoraire de mathématiques et de physique expérimentale la même année, J. entreprit un voyage de formation à Bâle, Leyde, Londres et Paris (1737-1739) qui le fit entrer en contact avec les principaux savants de son temps. Sa leçon inaugurale consacra l'entrée de la science expérimentale à l'académie de Genève. Jusqu'à sa renonciation au ministère (1744), il cumula les fonctions de professeur, pasteur et bibliothécaire, tout en se livrant à des recherches de physique, de chimie et d'histoire. En 1748, parurent ses célèbres Expériences sur l'électricité, dans lesquelles il définit l'électricité d'une manière opératoire tout en défendant une théorie inspirée par Jean-Antoine Nollet (hypothèse d'un fluide unique). Professeur de mathématiques en 1750, il échangea cette chaire en 1752 contre celle de philosophie. Membre du Conseil des Deux-Cents dès 1746, J. fut élu en 1757 au Petit Conseil et résigna ses fonctions de professeur et de bibliothécaire. Syndic de 1765 à 1768. Auteur de plusieurs mémoires de physique et de géologie, dont certains sont demeurés inédits, il fut correspondant des principales académies d'Europe, dont celles de Paris, Londres et Berlin.


Fonds d'archives
– Fonds, BGE
Bibliographie
Livre du Recteur, 4, 134-135
– I. Benguigui, Théories électriques du XVIIIe s., 1984

Auteur(e): René Sigrist