No 25

Huber, François

naissance 2.7.1750 à Genève, décès 22.12.1831 à Lausanne, prot., de Genève. Fils de Jean ( -> 44). Frère de Jean-Daniel ( -> 46). ∞ 1776 Marie-Aimée Lullin, fille de Pierre, professeur de droit, syndic. Etudes de chimie et de physique à l'académie de Genève (avec Horace Bénédict de Saussure). Malgré une cécité contractée dans l'adolescence, il se passionna pour l'histoire naturelle et poursuivit ses observations avec l'aide de sa femme et de son domestique François Burnens. Ses Nouvelles observations sur les abeilles (1792; trad. anglaise 1806; nouvelle éd. 1814), adressées à son maître Charles Bonnet, firent sensation par leur nouveauté et leur exactitude et lui valurent le surnom de "Huber des abeilles". Ses travaux sur la respiration des abeilles l'amenèrent à collaborer avec Jean Senebier pour des recherches publiées dans les Mémoires sur l'influence de l'air et de diverses substances gazeuses dans la germination de différentes graines (1801). Membre correspondant de l'Académie des sciences de Paris (1813).


Bibliographie
– P. Zimmermann et al.,, «La vie et l'œuvre de François Huber», in Journal suisse d'apiculture, 47, 1950
Livre du Recteur, 4, 93
– J. Wüest, «De quand date la découverte des phéromones chez les insectes?», in Bull. romand d'entomologie, 18, 2000, 20-26

Auteur(e): René Sigrist