30/11/2006 | communication | PDF | imprimer

Humlikon

Comm. ZH, distr. d'Andelfingen, village situé dans le Weinland zurichois, au sud de la Thur. 1228 Humlincon. Env. 60 hab. en 1467, 178 en 1634, 346 en 1850, 320 en 1880, 263 en 1900, 213 en 1950, 408 en 2000. Le suffixe -ikon indique une fondation alémane du haut Moyen Age. En 1228, la localité est mentionnée en tant que siège des barons de H., famille qui s'éteint au XIVe s. Le chapitre cathédral de Constance y possédait un domaine (Kehlhof), qui échut en 1450 à une famille locale, les Stucki. Vers 1400, les seigneurs d'Andelfingen exerçaient la haute et la basse justices, droits qui passèrent aux Hohenlandenberg, puis à la ville de Zurich en 1434. H. fit partie du bailliage zurichois d'Andelfingen jusqu'en 1798. En 1518, la communauté villageoise acheta le site abandonné de Dindlikon (possession des Kibourg en 1238), domaine boisé qu'elle mit en culture (champs et vignes surtout) et qui lui fournit une grande partie de ses ressources. Ayant toujours fait partie de la paroisse d'Andelfingen, H. fut attribué à la commune homonyme en 1798, puis rattaché en 1817 à celle d'Adlikon, nouvellement formée, en tant que commune civile (Zivilgemeinde). Le village constitua une commune indépendante en 1872, après une votation cantonale. Il est situé à l'écart des routes principales. Son refus de céder le terrain nécessaire le priva d'une gare lors de la construction de la ligne Winterthour-Schaffhouse (1857). Desservi dès 1873 par la diligence Henggart-Flaach, remplacée par un car postal en 1921, H. demeura cependant une communauté agricole isolée, dépourvue d'industrie, pratiquement sans artisans (forge et atelier de serrurerie attestés en 1873). Il en résulta un recul démographique, tendance qui persista jusqu'au milieu du XXe s. H. fit la une de l'actualité suisse lors de la catastrophe aérienne de Dürrenäsch (4 septembre 1963), qui tua quarante-trois de ses habitants. Elle devint une commune de navetteurs avec la motorisation croissante et la construction de l'autoroute du Weinland (1958). Un quartier de villas familiales fut construit dans les années 1970 au pied du Goldenberg. Le centre de pédagogie curative du district d'Andelfingen fut ouvert en 1977.


Bibliographie
MAH ZH, 1, 1938, 197-198
– E. Stauber, Geschichte der Kirchgemeinde Andelfingen, 1, 1940, 97-100; 2, 1941, 656-664
– A. Spaltenstein et al., Der stille Wandel, 1997

Auteur(e): Ueli Müller / VW