30/06/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Allaman

Comm. VD, distr. de Rolle dès 1803. Village au bord du Léman, rive droite de l'Aubonne. 1234 Alamant. 119 hab. en 1764, 292 en 1850, 334 en 1900, 369 en 1950, 392 en 2000. Tombes néolithiques, tombes à dalles de l'âge du Bronze (?), monnaies et vestiges de constructions romaines. Le château d'A., incendié en 1530, rénové en 1723, contrôlait le franchissement de l'Aubonne par la route du bord du lac entre Genève et Lausanne. Les seigneurs d'A., détenteurs dès 1326 de la haute juridiction, partageaient la seigneurie d'A. avec les coseigneurs d'Aubonne qui possédaient le second château d'A. ou château Rochefort (depuis 1838 domaine viticole de la Ville de Lausanne). A. fit partie du bailliage de Morges sous le régime bernois, du district d'Aubonne en 1798. L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (XVe/XVIe s.) était sous le patronat du chapitre de Genève; elle comprenait une chapelle seigneuriale; à la Réforme, elle devint l'annexe de Perroy. Gare sur la ligne Lausanne-Genève en 1858, tête de ligne du chemin de fer A.-Aubonne-Gimel en 1895 (remplacé par l'autobus), autoroute (1964). Fabrique de tuyaux de ciment Cornaz dès 1895. A. a conservé un secteur primaire (viticulture) important (18,5% de la population active en 1990).


Bibliographie
Les 450 vendanges des vignobles de la Ville de Lausanne, 1987

Auteur(e): Germain Hausmann