No 2

Gaudin, Jean

naissance 18.3.1766 ( Jean François Aimé Philippe) à Longirod, décès 14.7.1833 à Nyon, prot., de Nyon. Fils de Théodore François, pasteur, et de Marie Poupart. ∞ Anna Escher, fille de Hans Jakob, de Zurich, bailli de Sax. Etudes à Genève et Zurich. Ministre de la paroisse allemande de Nyon (1795-1817), G. est aussi le directeur de l'institut Snell où il enseigne les mathématiques et l'histoire naturelle. Pasteur à Longirod (1817-1821), premier pasteur de la paroisse de Nyon (1821-1833). Avec Henri-Albert Gosse, G. est l'un des fondateurs de la Société helvétique des sciences naturelles (1815). En 1820, il est nommé professeur honoraire de botanique à l'académie de Lausanne. Il publie Agrostologia helvetica (1811), soit une description des graminées, qui établit sa réputation loin de nos frontières. De 1828 à 1833, il publie une remarquable Flora helvetica, complétée en 1836 par son élève Jean-Pierre Monnard. On doit à G. une Leben des Erasmus (1789), deux éditions d'une grammaire allemande (1796, 1815) et quelques traductions, dont un Abrégé de l'histoire de la Suisse (1817), œuvre de Hans Rudolf Maurer, et Léonard et Gertrude de Pestalozzi. A sa mort, son herbier, d'une exceptionnelle valeur scientifique, est légué à son ami Jean Gay, botaniste parisien. Au décès de ce dernier, la collection est rachetée par l'ami de Darwin, sir Joseph D. Hooker, directeur des Jardins royaux de Kew (Sussex) qui la remet, en échange d'une autre collection, au Musée botanique cantonal de Lausanne en 1878.


Bibliographie
Livre du Recteur, 3, 419
– P.-E. Pilet, Naturalistes et biologistes à Lausanne, 1991, 32

Auteur(e): Paul-Emile Pilet