• <b>François-Louis Allamand</b><br>Portrait au pastel, vers 1770, par un artiste inconnu (Musée historique de Lausanne).

No 3

Allamand, François-Louis

naissance 16.1.1709 à Vevey, décès 3.4.1784 à Lausanne, prot., de Rougemont. Fils de Thomas, régent au collège, et d'Anne-Gabrielle Marchandon des Marets, fille de Jacques, professeur à l'académie. Frère de Jean-Nicolas-Sébastien ( -> 5). ∞ Marie-Elisabeth Perret, fille de Vincent, pasteur et doyen à Vevey (séparation en 1741). Théologie à Lausanne, consécration en 1732. Suffragant à Vevey. Précepteur en France, aux Pays-Bas et en Allemagne (1741-1748). Rentré au Pays de Vaud, A. fut pasteur de 1748 à 1772, à Ormont-Dessus, à Bex et enfin à Corsier (auj. Corsier-sur-Vevey). Candidat à une chaire dès 1751, il fut nommé professeur de grec et de morale à l'académie de Lausanne en 1773 seulement. Il intervint dans le débat sur les assemblées du Désert (1744-1745), pour les contester. Il réfuta Diderot (Pensées anti-philosophiques, 1751), puis d'Holbach (L'Anti-Bernier, ou nouveau dictionnaire de théologie, 1770) en apologiste ingénieux et applaudi par Charles Bonnet. Il réussit simultanément à éblouir le jeune Edward Gibbon et à correspondre durant près de vingt ans (1755-1772, environ quarante lettres conservées) avec Voltaire, qui lui envoya ses ouvrages, recueillit ses critiques et l'invita à Ferney.

<b>François-Louis Allamand</b><br>Portrait au pastel, vers 1770, par un artiste inconnu (Musée historique de Lausanne).<BR/>
Portrait au pastel, vers 1770, par un artiste inconnu (Musée historique de Lausanne).
(...)


Bibliographie
– H. Vuilleumier, Hist. de l'Eglise réformée du Pays de Vaud sous le régime bernois, 4, 1933, 287-300, 450-454

Auteur(e): Jean-Daniel Candaux