16/12/2010 | communication | PDF | imprimer

Henniez

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. VD, distr. de la Broye-Vully depuis 2006, sur la rive droite de la Broye près de la frontière fribourgeoise. 1380 Ennyt, 1668 Ignie, 1781 Ingniez. 96 hab. en 1764, 127 en 1798, 298 en 1850, 261 en 1900, 296 en 1950, 230 en 2000. Proche d'Avenches et de Granges-près-Marnand, H. était déjà connu à l'époque romaine. Au Moyen Age, le village dépendait de la châtellenie épiscopale de Lucens. Dès 1536, H. devint sujet de Berne et fut administré par un gouverneur et une assemblée de communiers. Rattaché au district de Moudon (1798-1803), puis à celui de Payerne (1803-2006). Au Moyen Age et sous le régime bernois, H. fit partie de la paroisse de Granges-près-Marnand, actuellement il appartient à celle de Granges et environs. Une chapelle a été bâtie en 1938-1940. Mention d'une tuilerie (1510), d'un moulin (1594) et d'une école (1671). La commune est connue pour ses eaux: construction des premiers bains (1688), première analyse des eaux (1766), réorganisation des bains (vers 1880) qui sont désaffectés dès les années 1930. En 1905, la première usine d'embouteillage d'eau minérale est fondée, suivie de plusieurs autres jusqu'en 1930. Une seule société d'exploitation des sources subsiste depuis 1978; elle constitue un pôle économique important dans la Broye.


Bibliographie
– R. Berger, L. Junod, Henniez, 1966
– L. Auberson, «Henniez, de la source guérisseuse à la mise en bouteilles industrielle», in A+A, 49, 1998, no 1, 30-39

Auteur(e): Valérie Favez