No 5

Hermann, Jacob

naissance 16.7.1678 à Bâle, décès 11.7.1733 à Bâle, prot., de Bâle. Fils de Germanus, recteur adjoint du gymnase, et de Katharina Richard. Célibataire. Etudes à Bâle (arts libéraux et philosophie dès 1693), défense de la troisième thèse de son maître Jacques Bernoulli sur les séries et maîtrise ès arts (1696), puis études de théologie, thèse (1700), examen en vue du pastorat (1701). Connu à l'étranger pour avoir défendu les principes du calcul différentiel de Leibniz, H. put facilement approcher lors d'un voyage d'études des savants comme Jean Bernoulli, Abraham de Moivre, Jacques Cassini, Guillaume L'Hôpital, Nicolas Malebranche et Pierre Varignon (1701-1702). Sur recommandation de Jean Bernoulli et de Gottfried Wilhelm Leibniz, il fut appelé à la chaire autrefois occupée par Galilée à l'université de Padoue (1707). Dans de nombreuses publications (notamment sur le problème des forces centrales) et grâce à ses contacts personnels, il participa à la diffusion du calcul leibnizien en Italie. Il devint professeur de mathématiques et de physique à l'université de Francfort-sur-l'Oder (1713). Dans des essais très remarqués, il traita de questions mathématiques (trajectoires, figures isopérimétriques) et physiques (cause de la gravitation, mouvement vibratoire de la corde, résistance due au frottement). Son principal ouvrage, Phoronomia (1716), est le premier grand traité de mécanique fondé sur la physique de Newton. En 1725, il occupa la chaire de mathématiques supérieures à l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, récemment fondée. Il fit paraître dans cette ville, outre des articles sur la mesure des forces, la cinématique, le calcul intégral et les équations différentielles spéciales, son Abrégé des mathématiques [...], dédié au tsar (1728). Il reprit en 1731 la chaire d'éthique, de droit naturel et de droit des gens à l'université de Bâle. Membre des académies de Berlin, Bologne et Saint-Pétersbourg.


Fonds d'archives
– Fonds, UBB
Bibliographie
– F. Nagel, «A Catalog of the Works of Jacob Hermann», in Historia mathematica, 18, 1991, 36-54
– R. Mumenthaler, Im Paradies der Gelehrten, 1996
– S. Mazzone, C. S. Roero, Jacob Hermann and the Diffusion of the Leibnizian Calculus in Italy, 1997
– M.I. Lüthi et al., Suisses à Saint-Pétersbourg, 2003

Auteur(e): Fritz Nagel / FS