Abbayes

Jusqu'à la fin du XIXe s., le terme indique les diverses corporations de métiers, mais au Moyen Age, il désignait également, en plus des Confréries religieuses, des formes particulières d'associations ou d'organisations de jeunes gens, telles que les Royaumes, les Sociétés de jeunesse et celles de Tir. Ces abbayes sont des associations masculines et entièrement laïques, dont la structure hiérarchique est basée sur celle des confréries religieuses. Toutefois, les associations de jeunesse et les sociétés de tir ont des buts distincts: alors que les activités principales des abbayes médiévales consistent à organiser des fêtes et contrôler les comportements déviants, la fonction des sociétés de tir est essentiellement d'assurer la défense de la communauté et de l'ordre public. A partir du moment où la Réforme s'imposa, les organisations de jeunesse furent abolies ou privées de leurs prérogatives initiales; à la suite de ces changements, certaines abbayes, comme celle de Saint-Pierre à Genève, se transformèrent en associations militaires et leurs fonctions devinrent semblables à celles des sociétés de tir.


Bibliographie
– J.-J. Fiechter, Les abbayes vaudoises, 1991
– I. Taddei, Fête, jeunesse et pouvoirs: l'Abbaye des Nobles Enfants de Lausanne, 1991
– N. Schindler, «Les gardiens du désordre», in Hist. des jeunes en Occident, 1, 1996, 277-329 (it. 1994)

Auteur(e): Ilaria Taddei / CHR