07/12/2010 | communication | PDF | imprimer

Oron-le-Châtel

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. VD, distr. de Lavaux-Oron, sur la rive droite de la Broye. 1137 Oruns, ancien nom all. Orung. 6 feux en 1531, 64 hab. en 1764, 73 en 1798, 86 en 1803, 162 en 1850, 177 en 1900, 141 en 1950, 113 en 1980, 233 en 2000. Sépultures du haut Moyen Age mises au jour en 1887 et 1916. O. fut le centre d'une seigneurie qui comprenait, en 1310, Oron-la-Ville et plusieurs villages de la contrée. En 1383, François Ier d'Oron légua sa seigneurie à la famille de son épouse Marie de Gruyère; vendue à Percival Le Royer (1399), cédée à Gaspard de Montmayeur (1402), puis rachetée par François de Gruyère (1457), la seigneurie dépendit du comté de Gruyère jusqu'en 1553. O. devint après 1536 le refuge des catholiques des environs; en 1539, Berne en garantit la possession au comte Jean de Gruyère à condition que sa population adhérât à la Réforme. A la faillite du comte Michel (1555), la seigneurie revint à l'un de ses créanciers, le canton d'Obwald. Acquise en 1556 par Hans Steiger, celui-ci la céda à Berne, qui en fit le siège d'un bailliage de troisième classe (1557-1798). O., séparé d'Oron-la-Ville en 1803, fit partie du district d'Oron (1798-2006). Au spirituel, le village a toujours été rattaché à Oron-la-Ville. Le château du XIIIe s., reconstruit dans la seconde moitié du XVe s., subit diverses transformations jusqu'au XVIIe s. Acquis en 1801 par la famille Roberti de Moudon, puis vers 1870 par Adolphe Gaïffe, il abrite depuis 1880 l'une des plus riches bibliothèques privées d'Europe (17 000 volumes) consacrée à la littérature romanesque française du XVIIIe s. (fonds Potocky). Il fut racheté en 1936 par l'Association pour la conservation du château d'Oron, fondée en 1934. Des mines de charbon furent exploitées dans la région (1768-1912, Première et Deuxième Guerres mondiales). Gare de la ligne Lausanne-Berne (1862). Commune agricole (quatre exploitations en 2000) tendant vers un développement résidentiel. Petites entreprises (distillerie, menuiserie). En 2000, les trois quarts des actifs étaient des navetteurs.


Bibliographie
– Ch. Pasche, La contrée d'Oron, 1895 (reprint 1988)
– H. Liard, Le château et la seigneurie d'Oron, 1979

Auteur(e): Emmanuel Abetel