• <b>Fatio</b><br>Alexandrine Lullin, née Fatio, à l'âge de 102 ans, crayon et sanguine de  Jean-Etienne Liotard,  1762, photographie de Jean-Marc Yersin (Cabinet d'arts graphiques des Musées d'art et d'histoire Genève, Dépôt de la Fondation Jean-Louis Prevost, no inv. 1985-0043). Amie de Voltaire, Madame Lullin-Fatio reçut, lorsqu'elle fêta son centième anniversaire, le 6 janvier 1759, ce quatrain du philosophe des Délices: "Nos grands-pères vous virent belle. / Par votre esprit, vous plaisez à cent ans. / Vous méritiez d'épouser Fontenelle / Et d'être sa veuve longtemps."

Fatio [Fazio]

Famille patricienne, encore existante à Genève, originaire du val d'Ossola. Pour raisons religieuses, Jean (1530-1597) se réfugia dans le val Bregaglia (bourgeois des III Ligues en 1558 et de Chiavenna en 1578). Le massacre des protestants de la Valteline en 1620 contraignit ses fils à repartir en exil. Grâce à leurs relations d'affaires, ils se replièrent à Zurich d'où Paul (1577-vers 1657) partit pour Vevey (bourgeois en 1641) et Jean (1591-1659), après un passage à Vienne, pour Bâle (bourgeois en 1640). Le premier est à l'origine de la branche de Vevey dont dépendent les rameaux de Genève (1647) et de Floride (1771); le second, de la branche de Bâle dont dépend le rameau de Duillier. Fondées par des hommes d'affaires prospères, les deux branches s'engagèrent dans la vie politique, fournirent leur lot d'officiers au service étranger, donnèrent des savants, des architectes, quelques pasteurs et théologiens, des banquiers et des publicistes. Le fils de Paul, François ( -> 1) devenu Genevois, allia ses enfants aux familles dirigeantes, Pictet, Lect, Gallatin, Chouet, Lullin. Son fils aîné, Jacques-François (1656-1729), entra au Petit Conseil en 1705 et, jusqu'en 1840, la famille siégea au gouvernement. Fusillé lors de la Terreur genevoise de 1794, le syndic Jean-Baptiste (1736-1794) était le petit-fils de Pierre ( -> 7), exécuté en 1707 pour avoir contesté l'oligarchie. Les F. de Bâle eurent aussi leur séditieux, Johannes ( -> 5), décapité en 1691. Pourtant, pas plus que ceux de Genève, ils n'avaient vocation d'agitateurs. Dès leur installation, ils s'allièrent aux Iselin, Burckhardt, Faesch. Jean-Baptiste (1625-1708) devint seigneur de Duillier en 1669 et bourgeois de Genève en 1678. En 1690, il figurait avec son cousin François parmi les plus grosses fortunes de Genève. Aux XIXe et XXe s., le rameau de Genève est marqué par l'engagement scientifique (Victor, -> 9), civique (Guillaume, -> 2) et social. Maurice (1897-1942), fils de Guillaume ( -> 3) construisit des villas de luxe à Palm Beach (USA). La famille posséda au XVIIe s. le domaine du Saugey (Satigny), aux XVIIe et XVIIIe une propriété à Châtelaine. La propriété de l'Elysée à Céligny, achetée en 1801 par Jean-François, est toujours en mains familiales.

<b>Fatio</b><br>Alexandrine Lullin, née Fatio, à l'âge de 102 ans, crayon et sanguine de  Jean-Etienne Liotard,  1762, photographie de Jean-Marc Yersin (Cabinet d'arts graphiques des Musées d'art et d'histoire Genève, Dépôt de la Fondation Jean-Louis Prevost, no inv. 1985-0043).<BR/>Amie de Voltaire, Madame Lullin-Fatio reçut, lorsqu'elle fêta son centième anniversaire, le 6 janvier 1759, ce quatrain du philosophe des Délices: "Nos grands-pères vous virent belle. / Par votre esprit, vous plaisez à cent ans. / Vous méritiez d'épouser Fontenelle / Et d'être sa veuve longtemps."<BR/>
Alexandrine Lullin, née Fatio, à l'âge de 102 ans, crayon et sanguine de Jean-Etienne Liotard, 1762, photographie de Jean-Marc Yersin (Cabinet d'arts graphiques des Musées d'art et d'histoire Genève, Dépôt de la Fondation Jean-Louis Prevost, no inv. 1985-0043).
(...)


Fonds d'archives
– Fonds, AEG et BPUG
Bibliographie
– Galiffe, Notices généal., 4, 176-196
Almanach généal. suisse, 4, 195-198
Livre du Recteur, 3, 273-277
– E. Bungener, Filiations protestantes, 2, t. 1, 1998, 299-301

Auteur(e): Olivier Fatio