• <b>Diodati</b><br>L'une des gravures de François Diodati, publiée en 1670 dans l'ouvrage de Vincent Minutoli, <I>L'embrasement du pont du Rhône à Genève</I> (Bibliothèque de Genève, Archives A. & G. Zimmermann).

Diodati

Famille de notables de Genève, immigrée de Lucques au XVIe s. Les D. remontent à Deodato, qui vivait à la fin du XIIe s. à Coreglia en Toscane. Dès la fin du XIIIe s., ils exercèrent la profession de médecins-chirurgiens d'abord à Coreglia, puis à Lucques. Au XVe s., ils entrèrent, grâce à des alliances, dans le milieu dominant des marchands-banquiers et accédèrent aux charges communales. En 1532 Nicolao, Girolamo et Michele étaient à la tête de la deuxième fortune de la ville. Touché par la Réforme, Carlo (1541-1625), fils de Michele, dont la tradition veut qu'il ait été baptisé par le pape et ait eu Charles Quint pour parrain, émigra à Genève en 1567 et fut reçu bourgeois en 1572. Avec son cousin Pompeo ( -> 6) et d'autres Lucquois réfugiés, il y développa la manufacture et le commerce de la soie et de la laine tout en rendant de grands services financiers à la Seigneurie. Son fils Jean ( -> 5) fut l'ancêtre d'une lignée de pasteurs qui exercèrent leur ministère aux Pays-Bas et à Genève jusqu'à Edouard ( -> 2). Dès la fin du XVIe s., plusieurs D. firent partie du Conseil des Deux-Cents, mais Déodat (1579-1642), fils de Pompeo, fut le seul à accéder au Petit Conseil. Son frère Elie ( -> 3) défendit à plusieurs reprises les intérêts de Genève à la cour de France. Un troisième frère, Alexandre ( -> 1), reprit la profession médicale de ses ancêtres. Le fils de ce dernier, François (1647-1690) a laissé des dessins et gravures de la Genève du XVIIe s. Au XIXe s. trois frères D. furent officiers à l'état-major fédéral: Théodore (1816-1878), Charles-Aloys (1826-1896) et Gabriel ( -> 4), le dernier du nom à Genève. Un autre Gabriel avait acquis en 1710 un domaine à Cologny et fait construire une nouvelle maison de maître, la villa Diodati.

<b>Diodati</b><br>L'une des gravures de François Diodati, publiée en 1670 dans l'ouvrage de Vincent Minutoli, <I>L'embrasement du pont du Rhône à Genève</I> (Bibliothèque de Genève, Archives A. & G. Zimmermann).<BR/>
L'une des gravures de François Diodati, publiée en 1670 dans l'ouvrage de Vincent Minutoli, L'embrasement du pont du Rhône à Genève (Bibliothèque de Genève, Archives A. & G. Zimmermann).
(...)


Fonds d'archives
– Fonds, BPUG
Sources imprimées
– V. Burlamacchi; S. Adorni-Braccesi, éd., Libro di ricordi degnissimi delle nostre famiglie, 1993
Bibliographie
– Galiffe, Notices généal.
Almanach généal. suisse, 2, 133-136; 6, 149-150
– M. Fulvio, «Una famiglia lucchese», in Actum Luce, no 1-2, 1983, 7-31
DBI, 40, 171-174

Auteur(e): Micheline Tripet