Chenevière

Famille de Genève, originaire de l'Arbresle près de Lyon. Laurent, tireur d'or (décès1647) et son fils Jérémie (1602-1676) sont reçus à la bourgeoisie en 1631. La famille exerce d'abord l'essentiel de son activité dans la Fabrique et donne des horlogers, doreurs, peintres sur émail, émailleurs. Parallèlement, elle assoit sa situation par l'accession à certaines charges officielles: Jean (1676-1746) est membre du Conseil des Deux-Cents en 1738, Pierre (1718-1795) est geôlier (1752-1775), puis membre des Deux-Cents et receveur des grains. La famille poursuit son ascension sociale à la fin du XVIIIe s. avec Nicolas (1750-1806), fils d'Alexandre (1721-1787), orfèvre. Premier à entrer à l'académie, pasteur à Saconnex, puis à Genève, Nicolas est l'ancêtre d'une lignée de quatre ministres du culte dont son fils Jean-Jacques-Caton ( -> 3); il est aussi membre de l'Assemblée nationale en 1794 et du Conseil législatif en 1795. Dès lors, cette branche de la famille acquiert une notoriété certaine et l'on trouve, aux XIXe et XXe s., ses membres dans divers milieux, outre celui de l'Eglise protestante. En politique, Edmond (1862-1932) est banquier, philanthrope et maire de Cologny, son fils Fernand (1887-1951) député au Grand Conseil genevois (1936-1948) et colonel commandant l'arrondissement de Genève (1940-1945). Edouard (1848-1913), petit-fils de Jean-Jacques-Caton, est député (1890-1911) et gynécologue-obstétricien renommé. Adolphe (1855-1917), romancier et conteur, s'illustre dans les lettres avant son fils Jacques ( -> 2). Dans les médias, Marc (1911-1993) est rédacteur en chef du quotidien La Suisse (1941-1975), son fils Guillaume (naissance 1937) directeur-général de la Télévision suisse romande de 1992 à 2001.


Fonds d'archives
– Descendance de Jean-Jacques-Caton Chenevière, ms, AEG
– Fonds Chenevière, BPUG
Bibliographie
– Galiffe, Notices généal., 5, 293-320
Almanach généal. suisse, 2, 793-796; 6, 877-881
Livre du Recteur, 2, 489-491
– M. Chenevière, Famille Chenevière, 1981

Auteur(e): Etienne Burgy