Aubert (GE)

Famille bourgeoise protestante originaire de Crest en Dauphiné, réfugiée à Genève après la Révocation de l'édit de Nantes. De fabricants de drap et négociants en gros à l'origine, les A. deviennent banquiers et créent des établissements à l'étranger. Des alliances avec les familles genevoises influentes -- Rigaud, Lullin, Pictet, etc. -- témoignent de leur progression sociale. Deux branches aujourd'hui vivantes ont pour ancêtre commun Jacques A.-Privat (1677-1743), banquier et négociant, reçu bourgeois en 1708. La branche aînée s'est distinguée tout d'abord dans la banque et le négoce à Turin, puis s'est illustrée dans différents domaines (la médecine, le droit, la littérature, l'armée) aux XIXe  et XXe s. La branche cadette remonte à des banquiers établis à Turin, Marseille et Genève. Du mariage d'Antoine-Edouard (1820-1877), avocat, juge à la Cour, député au Grand Conseil, avec Caroline De la Rue naissent trois rameaux: le premier descend de Charles-Hippolyte (1848-1910), juge. Le deuxième a pour ancêtre Antoine-Edouard (1853-1931), ingénieur civil. Le troisième remonte à Hippolyte-Victor (1865-1923), archiviste-paléographe, directeur de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève. Deux autres branches, aujourd'hui éteintes, descendaient de cousins de Jacques: Antoine (1677-1767), négociant et banquier à Genève, admis à la bourgeoisie en 1704, a eu pour fils Pierre (1715-1784), négociant à Genève et Gênes, et pour petit-fils Jean-Louis (1756-1789), associé de la banque Lullin, Masbou, Aubert & Cie, fondée en 1782, spécialisée dans les placements viagers. Claude (1692-1774), réfugié à Londres, fut associé de la maison "Jean Boissier, Gaspard Sellon et Claude Aubert, banquiers" à Londres. Ses trois fils moururent sans descendance.


Bibliographie
– H.-V. et F. Aubert,, Notes sur la famille Aubert de Genève, originaire de Crest en Dauphiné, 1530-1908, 1908
– H. Lüthy, La banque protestante en France, 2, 1961, 98-99, 282, 534, 564, 578, 589
450e anniversaire de la famille Aubert de Genève, originaire de Crest en Dauphiné, [1980]

Auteur(e): Jean de Senarclens