Montcherand

Comm. VD, distr. du Jura-Nord vaudois. Village situé au nord des gorges de l'Orbe. 1324 Montcherant. 14 feux en 1416, 6 feux en 1453, 135 hab. en 1764, 178 en 1803, 289 en 1850, 258 en 1900, 262 en 1950, 404 en 2000. Des bas fourneaux ont fonctionné à la Léchère, surtout aux VIIe et VIIIe s. Au Moyen Age, M. relève de la terre des Clées et appartient au prieuré de Baulmes, puis, par lui, aux clunisiens de Payerne (Xe s.). Durant la période bernoise, M. fait partie du bailliage d'Yverdon. Dédiée à saint Etienne, l'église est ornée de peintures murales qui remontent probablement au début du XIIe s. Paroissiale dès la fin du XIIIe s., elle devient une annexe de Rances après la Réforme, puis est successivement rattachée aux paroisses d'Orbe (1662), Rances (1846), Lignerolle (1931), puis Ballaigues-Lignerolle (2000). District d'Orbe de 1798 à 2006. Une centrale hydroélectrique fonctionne depuis 1908. L'autoroute Orbe-Vallorbe, ouverte en 1990, a favorisé l'installation de nouveaux habitants.


Bibliographie
– R. Golay, Les installations de la Compagnie vaudoise des forces motrices des lacs de Joux et de l'Orbe, et leur développement, 1953
– P. Ramelet, «L'énigme des peintures murales de l'église de Montcherand», in RHV, 94, 1986, 1-50
– E. Abetel, L'établissement sidérurgique de Montcherand, 1992

Auteur(e): Anne Rochat-Morel