17/08/2005 | communication | PDF | imprimer

Croy

Comm. VD, distr. d'Orbe dès 1798. Village sur une petite terrasse dominant le ruisseau du Nozon, à la croisée des routes du col de Jougne et du pied du Jura. 1498 Croy. 5 feux en 1529, 154 hab. en 1764, 268 en 1850, 309 en 1888, 279 en 1900, 266 en 1950, 267 en 2000. Pierre à cupules. Ferrières gallo-romaines et du haut Moyen Age sur le territoire communal et dans des forêts appartenant à la commune (Bellaires). Au Moyen Age, C. dépendait du couvent de Romainmôtier, sous la surveillance d'un mayor local. Sous le régime bernois, C. fit partie du bailliage de Romainmôtier et connut de nombreux démêlés avec la ville de Romainmôtier à propos de leurs biens communaux. La commune était gérée par l'ensemble des communiers. Au spirituel, C. a toujours relevé de la paroisse de Romainmôtier. Une chapelle dédiée à sainte Anne et à saint Vincent Ferrier, qui y aurait prêché, fut détruite en 1536. Profitant du Nozon, moulins, foule (XVIe s.), battoir servaient à l'ensemble de la seigneurie. Au XIXe s., la carrière du Grand Chaney fut abondamment utilisée pour des bassins de fontaine. Gare sur la ligne Lausanne-Vallorbe-France ouverte en 1870 et sortie d'autoroute (A9b) depuis 1989.


Bibliographie
– P. Bonard, Fontaines des campagnes vaudoises, 1977
– P.-L. Pelet, Fer, charbon, acier dans le Pays de Vaud, 3, 1983

Auteur(e): Germain Hausmann