02/02/2011 | communication | PDF | imprimer | 

Clées, Les

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Commune et ancienne seigneurie sur la rive gauche de l'Orbe, au pied du Mont Suchet.

1 - Commune

Comm. VD, distr. d'Orbe dès 1798, avec hameau de La Russille. 1134 Clees. 149 hab. en 1764, 158 en 1798, 222 en 1850, 228 en 1900, 148 en 1950, 154 en 2000. Aujourd'hui petit village sur la rive gauche de l'Orbe, au pied du château dont seul le donjon a été restauré au XIXe s. Au Moyen Age Les C. étaient une ville, dotée de franchises par le comte de Savoie vers 1272. Elle devait sa prospérité au trafic du col de Jougne que son château contrôlait (péage). Après 1536, Les C. firent partie du bailliage d'Yverdon. La chapelle, attestée au XIVe s., filiale de Lignerolle, puis son annexe dès la Réforme, fut reconstruite de 1738 à 1740. De la fin du XVe  au début du XVIIIe , une ferrière et une forge d'affinerie furent en activité. Le territoire communal, en grande partie boisé, est exploité à la fin du XXe s. par quelques agriculteurs. Plan de zone en 1983. La mise en service de l'autoroute Lausanne-Vallorbe en 1990 a coupé la commune en deux.

Auteur(e): Guy Le Comte

2 - Seigneurie

La ville était le centre de la seigneurie ou terre des C. qui comprenait, outre Les C., huit villages, auxquels la vallée de Joux fut adjointe du XVe s. à 1566. La reconstruction du château fut interdite (en vain) en 1134 par le pape Innocent II en raison de sa mauvaise réputation. Le duc de Bourgogne Hugues IV inféoda la seigneurie au comte de Genève Guillaume II en 1232, mais renonça en 1237 à la suzeraineté en faveur de Jean de Chalon, qui ne put s'y maintenir. En effet, le comte de Genève, battu par Pierre de Savoie, finit par lui céder Les C. en 1260 (une première décision de 1250 allait déjà dans ce sens). Le comte Philippe Ier de Savoie et le prieur de Romainmôtier conclurent en 1272 un accord qui attribuait la garde du couvent et de sa terre au château des C. Les sujets du prieur durent payer pour ce service une taxe que les baillis d'Yverdon percevaient encore en 1798. Lors des guerres de Bourgogne, ville et château furent pris et détruits le 22 octobre 1475 par les Confédérés et la garnison commandée par le châtelain Pierre de Cossonay massacrée. Le déclin fut irréversible. Sous le régime bernois, la châtellenie des C. comptait trois cours de justice, dont une aux C., mais la ville perdit petit à petit toute importance; en 1764, elle avait un conseil de six membres.

Auteur(e): Guy Le Comte

Références bibliographiques

Bibliographie
– O. Dubuis, «Les Clées, des origines au XVIe s.», in RHV, 1954, 49-89
– P.-L. Pelet, Fer, charbon, acier dans le Pays de Vaud, 2, 1978, 76-83