20/03/2006 | communication | PDF | imprimer | 
No 1

Eraste, Thomas

naissance 7.9.1524 (?) (Thomas Lüber) à Baden,décès 31.12.1583 à Bâle, prot., d'une famille d'artisans de Baden. ∞ Isotta a Canonici, fille d'un bourgeois de Bologne. Etudes de théologie et de médecine à Bâle et Bologne (1542-1552). Professeur de médecine à l'université de Heidelberg (1558-1580), dont il fut recteur (dès 1559) et qu'il contribua à réorganiser, E. critiqua les théories médicales de Paracelse. Il aida la confession réformée à s'imposer dans le Palatinat, jusqu'alors luthérien. Il se rangea au côté de Zwingli dans la dispute sur la cène et combattit l'introduction de la discipline ecclésiastique calviniste. En 1583, il devint professeur d'éthique à Bâle. On appelle érastianisme la doctrine (fondement théorique de l'ecclésiologie anglicane au XVIIe s.) qui affirme la primauté de l'Etat sur l'Eglise.


Bibliographie
– R. Wesel-Roth, Thomas Erastus, 1954
– F.W. Bautz, Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon, 1, 1975, 1532-1533
– R.C. Walton, «Der Streit zwischen Thomas Erastus und Caspar Olevian», in Monatshefte für Evangelische Kirchengeschichte des Rheinlandes, 37/38, 1988/1989, 205-246
– C.D. Gunnoe, «Erastus and Paracelsianism», in Reading the Book of Nature, éd. A.G. Debus, M.T. Walton, 1998, 45-66
– J. Wayne Baker, «Erastianism in England: The Zürich connection», in Die Zürcher Reformation, éd. A. Schindler, H. Stickelberger, 2001, 327-349

Auteur(e): Veronika Feller-Vest / TCH