No 3

Guldin, Paul

naissance 12.6.1577 (Habakuk) à Saint-Gall, décès 3.11.1643 à Graz, prot., puis cath. (1597), de Saint-Gall (et non de Mels). Fils de Melchior, verrier. Frère de Melchior ( -> 2). Après une formation d'orfèvre, G. se convertit au catholicisme à Freising (Bavière), entra comme coadjuteur temporel (frère) dans l'ordre des jésuites, prit le prénom de Paul et fut actif dans divers collèges de la province de Haute-Allemagne (1597-1609). Il renonça en 1606 à la bourgeoisie de Saint-Gall. Envoyé à Rome en 1609, il étudia les mathématiques auprès de Christophe Clavius au Collège romain. Après son ordination, il enseigna les mathématiques au collège des jésuites de Rome, puis fut nommé chargé de cours au collège des jésuites de Graz (1617) et professeur à Vienne (1623). Sa carrière se poursuivit au gymnase des jésuites de Sagan (1629), à Vienne, puis de nouveau à Graz dès 1637. Défenseur du calendrier grégorien, G. prit aussi le parti de Galilée et de Copernic. Son ouvrage principal, le Centrobaryca (4 tomes, 1635-1641), traite de la théorie du centre de gravité des courbes, surfaces et corps géométriques, et de la détermination de leurs superficie et volume. Le deuxième tome contient la "règle de Guldin" sur le volume d'un solide produit par la rotation d'une surface plane autour d'un axe situé dans le plan horizontal. Comme le théorème avait déjà été énoncé par Pappus d'Alexandrie, l'histoire des sciences a polémiqué sur la possibilité d'un plagiat. G. contesta les méthodes des indivisibles de Bonaventure Cavalieri et de Johannes Kepler, avec lequel il entretenait une relation épistolaire.


Bibliographie
NDB, 7, 304
Bollettino di storia delle scienze matematiche, II/2, 1982, 179-210
Isis, 75, 1984, 348-352

Auteur(e): Andrea Weibel / LA